DIVERTISSEMENT
03/06/2018 18:26 EDT | Actualisé 03/06/2018 23:48 EDT

«Les Affamés» triomphe au Gala Québec Cinéma

Robin Aubert a également été salué pour sa réalisation.

Les Affamés a été sacré meilleur film au 20e Gala Québec cinéma et celui qui a signé ce film hors normes, Robin Aubert, a également été salué pour sa réalisation.

Édith Cochrane et Guylaine Tremblay étaient à la barre de la cérémonie pour une deuxième année consécutive. Dans son numéro d'ouverture, le tandem n'a pas manqué de souligner l'avènement du mouvement #moiaussi qui a secoué depuis l'automne le monde du septième art.

«Le milieu du cinéma québécois est resté relativement en dehors des scandales sexuels cette année. C'est sûr qu'on est plus du genre à attendre que les abuseurs soient morts avant de les dénoncer, mais quand même», a relevé Guylaine Tremblay dans une référence au cinéaste Claude Jutra, dont le gala portait auparavant le nom.

Christian Bégin (Le problème d'infiltration) et Maude Guérin (Chien de garde) ont triomphé dans les catégories de la meilleure interprétation masculine et féminine.

Théodore Pellerin a été couronné dans la catégorie Révélation de l'année, qui vise à saluer les nouveaux visages du cinéma québécois. Le jeune acteur, qui s'est d'abord fait connaître au petit écran dans la quotidienne 30 vies, a décroché ce prix pour son rôle dans le drame familial "Chien de garde".

En allant cueillir l'Iris de la meilleure interprétation masculine dans un rôle de soutien, Emmanuel Schwartz a rappelé que les Montréalais ne sont que «des invités qui se pensent chez eux», comme le souligne Hochelaga, Terre des âmes, de François Girard. Dans la salle de presse, l'acteur a reconnu que ce prix est «doublement significatif» puisqu'il lui a été décerné dans la ville sur laquelle porte le film.

Chez les femmes, la gagnante Brigitte Poupart a pour sa part tenu à remercier le réalisateur Robin Aubert pour les «héroïnes modernes» qu'il met en scène dans ses oeuvres. Dans Les Affamés, il lui a confié un de ces «rôles féminins qui sortent des clichés» avec le personnage de Céline, qui repousse les zombies à coups de machette.

L'Iris Hommage a été décerné à André Forcier, qui a signé son premier film, Chroniques labradoriennes, il y a plus de cinquante ans. Le cinéaste, à qui l'on doit notamment Le Vent du Wyoming et Je me souviens, a été accueilli sur scène par une ribambelle d'acteurs qu'il a dirigés, dont France Castel, Gaston Lepage et Roy Dupuis.

«J'étais dû depuis un esti de bout de temps», a confié à La Presse canadienne celui qui a l'intention de rester derrière la caméra tant que sa santé le lui permettra.

Parmi les longs métrages s'étant distingués au box-office, le public a choisi d'honorer Junior Majeur d'Éric Tessier.

Les autres aspirants au prestigieux titre de meilleur film étaient Le problème d'infiltration, "Boost", "Chien de garde", "La petite fille qui aimait trop les allumettes", "Les rois mongols" et "Tuktuq".

Le problème d'infiltration de Robert Morin et Chien de garde de Sophie Dupuis, dominaient le tableau des finalistes, avec six mises en nomination chacun.

LIRE AUSSI
» Brigitte Poupart a livré le plus beau discours de la soirée
» David La Haye souligne son retour au Québec de belle façon
» Emmanuel Schwartz avait un message à faire passer
» Ce jeune acteur a oublié son complet à la maison
» Le pantalon est la star de ce tapis rouge
» Les 5 tenues préférées de la rédaction
» Les 9 plus sexy du Gala Québec Cinéma
» Les meilleurs moments du numéro d'ouverture
» Un tapis rouge très coloré
» Toutes les photos du tapis rouge
» Gala Québec cinéma: les stars en grande préparation!

LES GAGNANTS ET LES NOMINÉS

Meilleur film

- Tuktuq
- Les affamés
- La petite fille qui aimait trop les allumettes
- Le problème d'infiltration
- Les rois mongols
- Chien de garde
- Boost

Meilleure réalisation

- Luc Picard (Les rois mongols)
- Robert Morin (Le problème d'infiltration)
- Sophie Dupuis (Chien de garde)
- Darren Curtis (Boost)
- Robin Aubert (Les Affamés)

Meilleur scénario

- Robert Morin (Le problème d'infiltration)
- Sophie Dupuis (Chien de garde)
- Darren Curtis (Boost)
- Gabriel Sabourin (C'est le coeur qui meurt en dernier)
- Nicole Bélanger (Les rois mongols)

Meilleure interprétation féminine (Premier rôle)

- Élise Guilbault (Pour vivre ici)
- Maude Guérin (Chien de garde)
- Denise Filiatrault (C'est le coeur qui meurt en dernier)
- Mélissa Désormeaux-Poulin (Le Trip à trois)
- Charlotte Aubin (Isla Blanca)

Meilleure interprétation masculine (Premier rôle)

- Patrick Huard (Bon Cop Bad Cop 2)
- Jean-Simon Leduc (Chien de garde)
- Joey Klein (We're Still Together)
- Jesse Camacho (We're Still Together)
- Christian Bégin (Le problème d'infiltration)

Meilleure interprétation féminine (Second rôle)

- Isabelle Blais (Tadoussac)
- Brigitte Poupart (Les Affamés)
- Micheline Lanctôt (Les Affamés)
- Karine Vanasse (Et au pire, on se mariera)
- Sandra Dumaresq (Le problème d'infiltration)

Meilleure interprétation masculine (Second rôle)

- Anthony Therrien (Charlotte a du fun)
- Robert Morin (Tuktuq)
- Jahmil French (Boost)
- Emmanuel Schwartz (Hochelaga, Terre des Âmes)
- Guy Thauvette (Le problème d'infiltration)

Révélation de l'année

- Nabil Rajo (Boost)
- Rose-Marie Perreault (Les faux tatouages)
- Théodore Pellerin (Chien de garde)
- Marine Johnson (La petite fille qui aimait trop les allumettes)
- Romane Denis (Charlotte a du fun)

Meilleur film documentaire

- Sur la lune de Nickel
- La résurrection d'Hassan
- La part du diable
- Manic
- Destierros

Meilleur court métrage (Fiction)

- Born in the Maelstrom
- Pre-Drink
- Crème de menthe
- Lost Paradise Lost
- The Catch

Meilleur court métrage (Animation)

- Avec ou sans soleil
- La maison du hérisson
- Me, Baby & the Alligator
- La pureté de l'enfance
- Toutes les poupées ne pleurent pas

Prix du public

- Ballerina
- Bon Cop Bad Cop 2
- De père en flic 2
- Junior Majeur
- Le trip à trois

À voir également :

Galerie photo
Gala Québec cinéma: toutes les photos du tapis rouge
Voyez les images