NOUVELLES
02/06/2018 16:49 EDT | Actualisé 02/06/2018 16:49 EDT

Washington croit toujours au G7

Les États-Unis sont apparus particulièrement isolés lors de la dernière réunion des ministres des Finances cette semaine.

Ben Nelms / Reuters

Le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin a affirmé samedi toujours croire à l'enceinte du G7 finances, alors que les Etats-Unis sont apparus particulièrement isolés lors de la dernière réunion des ministres des Finances cette semaine.

"Nous croyons au G7", a déclaré Steven Mnuchin lors d'une conférence de presse à l'issue du G7 à Whistler (station de ski au nord de Vancouver), qui réunissait ministres et responsables des banques centrales d'Allemagne, du Canada, de la France, d'Italie, du Japon, du Royaume-Uni et des Etats-Unis.

Selon lui, cette réunion a bien été une réunion du G7 et non du "G6 + 1" (Etats-Unis), comme l'a qualifiée le ministre français des Finances Bruno Le Maire.

Il a toutefois reconnu qu'il y avait eu "un consensus unanime sur l'inquiétude" exprimée par les six autres partenaires de Washington en matière de conflit commercial et qu'il en avait fait part au président Donald Trump.

"Ce sont nos plus importants alliés ou parmi les plus importants", a ajouté Steven Mnuchin, soulignant l'importance des relations non seulement économiques mais encore diplomatiques et de défense avec ces pays.

Pour autant, sur le commerce, "notre objectif est de nous assurer que nous ayons un commerce équitable et équilibré et c'est ce sur quoi nous sommes concentrés", a-t-il insisté.

Il a par ailleurs estimé que les Etats-Unis n'abandonnaient "d'aucune façon leur leadership dans l'économie mondiale", estimant "au contraire" qu'une économie américaine en bonne santé profite au monde entier.

S'agissant du sommet des chefs d'Etat du G7 la semaine prochaine au Québec, il a souligné que si le commerce était une question importante, elle serait une problématique parmi d'autres, mettant plutôt en avant les avancées sur un possible sommet avec la Corée du Nord ou encore les sanctions iraniennes.