NOUVELLES
02/06/2018 12:50 EDT | Actualisé 02/06/2018 12:50 EDT

La stratégie sur l'intégration en emploi se fait attendre pour les personnes handicapées

Plus de 10 000 personnes handicapées sont accueillies et accompagnées chaque année sur le marché de l'emploi partout au Québec.

À l'occasion de la Semaine québécoise des personnes handicapées, les entreprises spécialisées dans leur intégration en emploi réclament le dépôt de la stratégie gouvernementale en ce sens.

Après cinq ans d'attente, le directeur général du Conseil québécois des entreprises adaptées estime avoir assez patienté.

Raymond Gouin avance que la Stratégie nationale pour l'intégration et le maintien en emploi des personnes handicapées 2018-2022 tomberait à point en raison de la rareté de main-d'oeuvre à laquelle est confrontée la province.

Le mois dernier, le gouvernement annonçait d'ailleurs son intention de résorber cette pénurie de travailleurs en misant sur les immigrants et les personnes âgées.

Les organismes voués à l'intégration des personnes handicapées soulignent que ces dernières veulent pourtant «passer d'un statut passif à un statut actif» et ont simplement besoin d'accompagnement dans leur quête d'autonomie.

Selon le Regroupement des organismes spécialisés pour l'emploi des personnes handicapées (ROSEPH), plus de 10 000 personnes handicapées sont accueillies et accompagnées chaque année sur le marché de l'emploi partout au Québec.

Raymond Gouin, du CQEA, estime que 2000 autres personnes vivant avec une déficience pourraient y être intégrées avec une enveloppe supplémentaire de 50 millions $ sur cinq ans en subventions aux entreprises adaptées.

«Si on intègre des personnes handicapées dans nos entreprises à nous, ça permet de les préparer davantage à transiter vers le marché régulier de l'emploi et de répondre à des besoins d'embauche dans des entreprises à travers tout le Québec», fait-il valoir.