BIEN-ÊTRE
01/06/2018 07:26 EDT | Actualisé 01/06/2018 07:26 EDT

Sondage CAA-Québec: le prix de l'essence influencera les plans de voyages de 30% des Québécois

Au Québec, «vacances» veut encore très souvent dire «voiture».

fstop123 via Getty Images

Un sondage révèle que 72 pour cent des Québécois prendront des vacances cet été, la plupart pendant deux semaines, et que 59 pour cent partiront en voyage.

Le sondage Léger réalisé en ligne pour le CAA-Québec entre les 20 et 27 avril derniers précise que le mois d'août demeure la période la plus populaire pour les vacanciers.

Le voyage en automobile sera prisé par 65 pour cent des Québécois alors que 21 pour cent voyageront en avion.

Si de prendre des vacances implique de sacrifier d'autres achats à court terme, 60 pour cent des répondants sont prêts à le faire. La proportion de vacanciers qui accordent un montant de moins de 2000 $ à leurs vacances diminue, alors que la catégorie 2000 $ à 5000 $ est en hausse.

D'autre part, 22 pour cent des sondés prévoient payer leur voyage avec leur carte de crédit et le rembourser plus tard.

MajaMitrovic via Getty Images
Le prix de l'essence viendra-t-il gâcher vos plans de vacances?

Quant aux prix de l'essence, qui ont fortement augmenté au cours des derniers mois, ils influenceront 30 pour cent des vacanciers. La majorité des répondants prévoient aller moins loin ou réduire les dépenses dans les divertissements ou les restaurants.

À 35 pour cent, les Québécois prévoient voyager dans leur province, une légère baisse par rapport à l'an dernier. Les provinces de l'Atlantique prennent la tête des destinations canadiennes favorisées; l'Ouest canadien est en forte hausse par rapport à 2017 alors que l'Ontario est en chute libre.

L'intérêt pour les États-Unis est stable, à 13 pour cent.

L'Europe attire 8 pour cent des voyageurs québécois, les trois principales destinations prévues étant la France, l'Italie et le Danemark.

En tout, 1005 Québécois ont répondu au sondage dont la marge d'erreur est évaluée à plus ou moins 3,1 pour cent.