POLITIQUE
01/06/2018 16:00 EDT | Actualisé 01/06/2018 16:10 EDT

«Petites culottes»: Jacques Chagnon regrette le ton qu'il a utilisé lors d'une mêlée de presse jeudi

Dans un communiqué de presse, il ne précise toutefois pas s'il regrette nommément les propos tenus.

LA PRESSE CANADIENNE
Photo d'archives de Jacques Chagnon.

Le président de l'Assemblée nationale, Jacques Chagnon, dit regretter le "ton employé et la tournure" d'une mêlée de presse jeudi dans les corridors du Parlement à Québec.

À un journaliste de Radio-Canada qui lui demandait si le coût des bouteilles de vin allait apparaître dans les comptes sur les missions à l'étranger, M. Chagnon a répondu qu'il allait être inclus dans le montant global. Le journaliste a alors insisté en redemandant s'il ne "sera pas détaillé", et c'est alors que le président a répondu: "et puis le coût du teinturier pour vos petites culottes non plus", en esquissant une petite moue.

L'incident a été diffusé sur les médias sociaux et est rapidement devenu viral. Bien que le ton des mêlées de presse soit parfois corsé à l'Assemblée nationale, il est très rare néanmoins que des élus apostrophent ainsi des représentants des médias.

Vendredi, dans un communiqué officiel de l'Assemblée nationale, M. Chagnon a dit regretter "le ton employé et la tournure de la mêlée de presse", sans toutefois préciser s'il regrette nommément les propos tenus.

Le président souligne par ailleurs que la présentation des rapports de mission sera modifiée de façon à mieux ventiler les coûts.

Rappelons que l'Assemblée nationale a fait l'objet de critiques pour son manque de transparence dans sa reddition de comptes.

Le président avait déjà reconnu qu'il "payait la traite" à des députés lors de missions à l'étranger, tandis que des élus avaient indiqué, sous couvert de l'anonymat, qu'il exagérait.

Le communiqué rappelle que le Bureau de l'Assemblée nationale (BAN) - le conseil d'administration qui regroupe des élus de trois formations reconnues - a demandé à l'administration de lui "présenter les réformes à apporter quant à une divulgation plus explicite de toutes les dépenses relatives au rôle de député, ce qui implique de faire l'inventaire des pratiques des parlements canadiens et d'ailleurs".

L'étude sera présentée aux whips des différents partis d'ici la prochaine rencontre du BAN et au mieux au cours d'une réunion, si possible cet été, peut-on lire.

Une fois que les meilleures pratiques auront été relevées, elles seront mises en oeuvre dans tous les volets de la fonction de député, dépenses des bureaux de circonscription, logement des élus à Québec, missions à l'étranger, poursuit-on.

Élu sans interruption depuis 1985 dans la circonscription de Westmount-Saint-Louis, le député libéral Jacques Chagnon n'a pas encore annoncé officiellement s'il allait se représenter aux élections du 1er octobre.

Rappelons que l'Assemblée nationale est souveraine. Elle est l'organe du pouvoir législatif, indépendant du gouvernement, qui est le pouvoir exécutif.