BIEN-ÊTRE
31/05/2018 15:50 EDT | Actualisé 31/05/2018 15:50 EDT

8 conseils pour préparer son enfant au camp d’été

Pas facile ni pour les enfants... ni pour les parents.

Courtoisie

Bientôt la fin des classes et le début des vacances d'été, qui riment bien souvent avec le camp d'été. Bien que la plupart des jeunes se réjouissent de passer quelques jours ou semaines dans la forêt, en plein air et loin de la maison, le camp d'été peut être une source d'anxiété et de stress pour plusieurs enfants... et leurs parents.

Comment rassurer petits et grands à l'approche du camp ? « En voyant le camp comme une expérience positive pour le développement de l'enfant », insiste François Vézina, directeur général et vice-président de Camp Kéno.

Comme plusieurs autres camps de vacances, le Camp Kéno redouble d'efforts non seulement pour divertir les enfants, mais aussi pour favoriser leur développement social et cognitif en les plongeant dans un environnement immersif en nature et par de multiples activités en plein air.

Une école de vie

Représentant plus de 150 camps diversifiés (vacances, de jour, spécialisés, etc.), l'Association des camps du Québec va dans le même sens. Une étude menée l'an dernier par une équipe de chercheurs de l'Université de Waterloo, en Ontario, démontre que « l'expérience camp exerce une influence positive sur le développement et l'épanouissement des jeunes ». Une semaine ou deux au camp, sans parents, permet aussi de construire son identité, d'augmenter sa confiance en soi et de diminuer l'anxiété.

Selon cette étude pancanadienne, 61 % des campeurs se sont montrés plus enclin à la pratique de l'activité physique à la fin de leur séjour au camp. Au moment où l'on se préoccupe davantage des styles de vie sédentaire et de l'obésité infantile, ce résultat est significatif, insiste l'Association des camps du Québec.

Courtoisie de l'Association des camps du Qc

S'y préparer à l'avance

Un séjour au camp se prépare aussi quelques semaines à l'avance. Concrètement, cela se transpose par plusieurs petits gestes et attitudes à adopter dès maintenant. En voici huit qui pourront favoriser l'intégration de votre enfant :

1. Aidez votre enfant à développer son autonomie. Encouragez-le à accomplir de nouvelles tâches ; s'il n'a jamais dormi à l'extérieur de la maison, faites d'abord un essai chez un ami ou chez les grands-parents.

2. Transmettez votre passion. Parlez-lui de façon positive de votre propre expérience de camp. Vous n'y êtes jamais allé ? Lisez ensemble les commentaires d'anciens campeurs.

3. Permettez à votre enfant d'apporter un doudou, un porte-bonheur ou une peluche qui le sécurisera, surtout s'il est jeune. Cet objet rassurant lui permettra aussi de faire la transition entre la maison et le camp et servira de repère.

4. Faites les bagages ensemble ! Impliquez-le dans la préparation de ses bagages en vous aidant de la liste des effets personnels fournie par le camp.

5. Exprimez votre fierté de le voir s'engager dans cette expérience ; votre enfant grandit et il construit sa propre identité. Valorisez sa débrouillardise et sa motivation.

6. Optez pour un camp qui intéressera vraiment votre enfant (et non vous) : est-il sportif ou créatif ? Il aime partir à l'aventure ou préfère-t-il les activités de routine ? Votre enfant a des besoins particuliers ? Plusieurs camps sont spécialisés et certifiés pour l'accueillir.

Courtoisie Camp Keno

7. Souriez et ne vous éternisez pas lors du départ. Oui, vous pouvez verser quelques larmes, mais si vous ressentez de l'anxiété ou de l'inquiétude, votre enfant en ressentira également.

8. Enfin, pourquoi ne pas faire un premier essai avec lui ? L'Association des camps du Québec compte 10 camps familiaux parmi ses membres qui accueillent les familles pour un séjour divertissant et sans tracas.

Plus d'infos au camps.qc.ca

À VOIR AUSSI