NOUVELLES
30/05/2018 09:05 EDT | Actualisé 30/05/2018 09:07 EDT

À Pompéi, des chercheurs ont trouvé un homme écrasé par un rocher dans sa fuite loin du volcan en éruption

2000 ans plus tard, sa dépouille permet de raconter son histoire.

Une découverte aussi dramatique qu'exceptionnelle. Ce 29 mai, des équipes d'archéologues œuvrant sur les sites entourant la ville de Pompéi, détruite en 79 après Jésus-Christ par l'éruption du Vésuve tout proche, ont dévoilé les photos d'une trouvaille à peine croyable: les restes d'un humain tué alors qu'il fuyait après avoir survécu à l'éruption.

Selon les recherches des archéologues à l'origine de la découverte, l'homme était âgé d'environ 35 ans. Handicapé dans sa fuite par un problème osseux à une jambe, il aurait été écrasé et décapité par la chute d'un bloc de pierre de 300 kilos sous lequel son squelette a été retrouvé.

D'après les résultats publiés par les scientifiques, les derniers instants de l'homme ont été particulièrement terribles. Il aurait en effet été rattrapé par les nuées ardentes du Vésuve, ces nuages de gaz, de cendres et de roches dévalant à toute vitesse les pentes d'un volcan au cours d'une éruption. Dans son cas, les chercheurs précisent que des restes de morceaux de métal, de troncs d'arbres et de trottoir ont notamment été retrouvés.

Les archéologues ont ainsi découvert son corps couché sur le dos, très probablement après avoir été décapité par le bloc de roche en provenance du montant d'une porte et qui demeurait sur lui au moment des excavations. Des analyses doivent encore être menées pour tenter de reconstituer un peu plus fidèlement encore les derniers instants du malheureux survivant des premiers instants d'une éruption qui fit plusieurs milliers de victimes.

Les équipes espèrent notamment retrouver le crâne de l'homme pour reconstituer sa physionomie et confirmer leurs hypothèses selon lesquelles il s'agissait d'un homme adulte d'environ 1,60 mètre. "Aujourd'hui, nous avons la possibilité technique de reconstruire l'espace tel qu'il était à l'origine", a expliqué Massimo Osanna, le directeur général du parc archéologie de Pompéi.

"C'est la première fois que l'on peut mener de telles excavations, avec nos outils actuels. Dans les années 1800 et 1900, on a déjà creusé dans la zone où nous avons trouvé le squelette. Mais on peut ne pouvait pas aller aussi profond que ce que nous sommes parvenus à faire."