NOUVELLES
30/05/2018 18:51 EDT | Actualisé 30/05/2018 18:51 EDT

Le Canada a discrètement versé plus d'argent pour le développement du chasseur furtif F-35

Il est de pratique courante que les gouvernements intéressés par un avion militaire investissent en amont dans son développement.

THE CANADIAN PRESS/AP/Rick Bowmer

Le Canada a discrètement versé 54 millions $ de plus pour le développement du chasseur furtif F-35, de Lockheed Martin, portant son investissement total dans le projet controversé à environ un demi-milliard de dollars depuis 20 ans.

Il est de pratique courante que les gouvernements intéressés par un avion militaire investissent en amont dans son développement.

Or, il n'est pas acquis qu'Ottawa choisira cet appareil pour remplacer les CF-18 vieillissants de l'armée de l'air. Le gouvernement canadien consulte d'autres constructeurs de chasseurs à réaction, y compris Boeing, avant de lancer un appel d'offres en bonne et due forme, au début de l'an prochain.

Boeing n'a pas encore confirmé si son chasseur «Super Hornet» sera de la course: le géant américain de l'aérospatiale attend d'abord de voir quelle forme prendra cet appel d'offres.

Boeing est en fait préoccupé par une nouvelle disposition qui vise à rendre plus difficile l'obtention de contrats militaires par les entreprises jugées «nuisibles à l'économie canadienne». La mesure avait été annoncée par Ottawa l'an dernier, au plus fort de l'acrimonieux litige commercial opposant le géant Boeing à son rival canadien Bombardier. Le géant américain a depuis été débouté par un tribunal commercial aux États-Unis.

Boeing soutient aujourd'hui qu'il a fait valoir son point de vue et qu'il continue de travailler avec le gouvernement canadien relativement à d'autres contrats militaires.