NOUVELLES
30/05/2018 19:51 EDT | Actualisé 30/05/2018 19:51 EDT

La mention «meilleur avant» favorise-t-elle le gaspillage alimentaire?

Ne jetez pas votre pot de yogourt tout de suite!

Getty Images/iStockphoto

Ne jetez pas votre pot de yogourt même si la date inscrite dans la mention «meilleur avant» est dépassée depuis quelques jours, prévient une enquête nationale visant à réduire l'immense gaspillage alimentaire au Canada.

Le Conseil national zéro déchet soutient que la mention «meilleur avant» sur les étiquettes des aliments crée de la confusion et représente une cause majeure de gaspillage alimentaire au pays.

D'après Denise Philippe, conseillère politique senior au sein du Conseil national zéro déchet, les gens ne savent pas ce que veut véritablement dire la date «meilleur avant». Selon Mme Philippe, qui a participé à la rédaction du rapport, lorsque les consommateurs voient cette indication, ils croient que l'aliment représente un risque pour la santé une fois la date échue. Ce qui n'est pas le cas, rassure-t-elle.

Une récente étude démontre que les Canadiens sont parmi les plus grands gaspilleurs de nourriture dans le monde. Chaque citoyen canadien jetterait près de 400 kilogrammes de nourriture par année, dont 47 pour cent à la maison.

Le Conseil national zéro déchet combat ces pertes depuis 2016 et l'étiquette «meilleur avant» semble représenter un ennemi majeur.

À l'exception de rares produits comme les oeufs, la date «meilleur avant» réfère à un niveau de qualité du produit et non pas à un enjeu de sécurité. Denise Philippe ajoute que bien des produits alimentaires affichent une date, alors qu'ils n'en ont même pas besoin.

«Une croustille peut probablement être légèrement plus croquante si on la mange avant la date et légèrement moins croquante après. Et vous seriez étonné de savoir à quel point un yogourt peut se conserver longtemps», mentionne la membre du comité.

Le vocabulaire utilisé et l'inscription ambiguë de la date contribuent aussi à confondre les consommateurs, d'après Mme Philippe.

Ce qui a pour conséquence d'envoyer des tonnes d'aliments sains et comestibles directement à la poubelle dans les cuisines résidentielles ou dans les épiceries.

«Des palettes entières d'humus parfaitement comestible sont retirées des épiceries juste avant l'échéance de leur date "meilleur avant"», déplore Denise Philippe.

Celle-ci propose que le Canada uniformise sa terminologie en utilisant des expressions comme «consommer avant», «congeler avant» ou «a meilleur goût avant» afin de départager si la date représente un enjeu de santé ou de qualité.

D'autres recommandations sont suggérées dans le rapport du comité, dont celle d'harmoniser les règles entourant les dons de nourriture et l'envoi de nourriture à l'enfouissement. L'étude réclame aussi un meilleur contrôle des inventaires chez les transformateurs et les détaillants alimentaires.

Le gouvernement fédéral s'est engagé à réduire le gaspillage alimentaire de moitié d'ici 2030. Il prépare aussi la rédaction d'une politique nationale de l'alimentation qui devrait s'attaquer au gaspillage.