NOUVELLES
29/05/2018 18:45 EDT | Actualisé 29/05/2018 18:45 EDT

Miniso ouvrira 500 boutiques au Canada

On en trouve déjà trois à Montréal.

Toronto Star via Getty Images

Les fondations des commerces de vente de détail sont chambranlantes ces jours-ci, et les commerces canadiens - de Sears à Le Château - n'ont pas été épargné par la montée du géant américain en ligne Amazon.

Mais dans toute cette tourmente, le Canada voit s'établir de nouveaux commerces avec pignon sur rue, espérant pouvoir avoir une part du gâteau d'une des économies développées qui grandit le plus rapidement au monde.

Le détaillant à rabais Miniso fait partie de cette mouvance: l'entreprise compte ouvrir 500 magasins au Canada en trois ans. C'est presque la moitié de tous ses boutiques en Chine, mais une seule partie de son plan ambitieux qui prévoit l'ouverture de 6000 magasins à travers le monde.

On en trouve déjà trois à Montréal: deux sur la rue Sainte-Catherine Ouest, et la troisième à la place Vertu.

Zhang Peng via Getty Images
Shoppers at a Miniso location in Beijing, China, Feb. 2, 2016.

Le concept de la chaîne est d'offrir des articles à faibles prix avec un design attirant. Elle vend des vêtements, des cosmétiques, des articles ménagers et de l'électronique avec des prix variant de 2,99 $ à 34,99 $ - pas tout à fait dans la gamme et la sélection de la boutique à 1 $, mais assez près pour que plusieurs observateurs du marché soutiennent que Dollarama et les chaînes semblables sentiront la pression principalement de la part de Miniso.

Cette rapide entrée en affaires sur le sol canadien par Miniso a de quoi rappeler une autre qui ne s'est par très bien terminée - celle de Target, qui a fermé ses boutiques pratiquement aussi rapidement qu'elle les a ouvertes, perdant des milliards de dollars dans l'aventure.

Mais les observateurs du marché sont optimistes par rapport aux chances de Miniso.

«Je crois qu'il y a une opportunité pour quelqu'un d'arriver et de dire: nous savons que vous voulez des choses peu coûteuses, mais ça ne veut pas dire que vous ne pouvez pas avoir un beau design en même temps - un peu comme a fait Ikea avec les meubles», a analysé Doug Stephens, un expert de Retail Prophet, cité par le Toronto Star.

Une guerre commerciale qui s'annonce intéressante. À suivre...

Ce texte initialement publié sur le HuffPost Canada a été traduit de l'anglais.