NOUVELLES
28/05/2018 08:31 EDT | Actualisé 28/05/2018 08:31 EDT

Des négociateurs américains à Pyongyang pour organiser le sommet Trump-Kim

La valse-hésitation se poursuit!

REUTERS FILE PHOTO / Reuters

Une équipe américaine est en Corée du Nord pour planifier un sommet avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, a indiqué le président Donald Trump, suscitant l'espoir que la réunion sur le terrain aura effectivement lieu.

Le département d'État et le ministère sud-coréen des Affaires étrangères ont tous deux déclaré que les autorités américaines et nord-coréennes avaient entamé des pourparlers dans le village coréen de Panmunjom, qui chevauche la frontière à l'intérieur de la zone démilitarisée.

M. Trump a annoncé jeudi dernier qu'il annulait le sommet prévu le 12 juin à Singapour avec M. Kim, avant de préciser que le sommet pourrait toujours être organisé.

Un message lancé sur Twitter dimanche après-midi, qui a fait l'éloge de l'adversaire de longue date des États-Unis, était le dernier signe que ses inquiétudes au sujet de la position du Nord envers le sommet avaient été dissipées.

M. Trump a dit qu'il croit «sincèrement que la Corée du Nord a un potentiel brillant et sera une grande nation économique et financière un jour, Kim Jong-un est d'accord avec moi sur ce point.»

Une rencontre inattendue entre le président sud-coréen Moon Jae-in et M. Kim, samedi, semble avoir relancé le processus. M. Moon a dit que M. Kim s'est engagé à s'asseoir avec M. Trump et à compléter une «dénucléarisation complète de la péninsule coréenne».

Handout . / Reuters
Le président sud-coréen Moon Jae-in et le leader nord-coréen Kim Jung-un se sont rencontrés à Panmunjom, le 26 mai

Le secrétaire d'État américain, Mike Pompeo, a demandé à un diplomate américain chevronné, Sung Kim, l'ambassadeur des États-Unis aux Philippines, de s'occuper des négociations préalables au sommet.

Des responsables américains se trouvent aussi à Singapour pour veiller aux préparatifs au cas où le sommet aurait lieu. Cette équipe est dirigée par Joe Hagin, le chef d'état-major adjoint des opérations de la Maison-Blanche.

M. Moon a indiqué que M. Kim «se demande si son pays peut faire confiance aux États-Unis pour mettre fin aux relations hostiles (avec la Corée du Nord) et garantir la sécurité s'ils dénucléarisent».