POLITIQUE
27/05/2018 16:17 EDT | Actualisé 27/05/2018 16:17 EDT

François Legault encourage les électeurs anglophones à se «libérer» des libéraux

«Free yourselves!», a-t-il crié.

Dans un discours enflammé dimanche, en clôture du congrès de son parti, le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, a invité les électeurs anglophones à se «libérer» des libéraux.

«Free yourselves! a-t-il crié, debout sur la scène, entouré d'une soixantaine de ses candidats. Join the team for change!»

Énergique, avec en arrière-plan l'autobus de campagne de la CAQ, le chef caquiste a martelé que les anglophones et allophones n'ont plus à se sentir coincés au Parti libéral du Québec (PLQ), qui les prend «pour acquis», selon lui.

Un gouvernement de la CAQ, a-t-il insisté, fera progresser le Québec «à l'intérieur du Canada».

«(Le premier ministre) Philippe Couillard voudrait faire croire à nos compatriotes anglophones que la CAQ aurait un agenda caché, a-t-il commencé. Il n'y en a pas d'agenda caché. La CAQ avance à visière levée.

«Avec la CAQ, pas de référendum, pas d'ambiguïté, pas d'astuces, c'est clair», a-t-il ajouté sous les applaudissements nourris des quelque 1000 militants présents au centre des congrès de Lévis.

Véritable démonstration de force quatre mois avant les élections générales, l'évènement a servi à mobiliser les troupes et à mettre en valeur plusieurs engagements déjà connus.

M. Legault a notamment rappelé que s'il est élu au pouvoir le 1er octobre prochain, il fera en sorte que tous les Québécois paient les mêmes taxes scolaires.

Il a promis de ne jamais couper dans les services aux enfants qui ont des difficultés d'apprentissage, et de rénover les écoles.

Pour améliorer les services aux aînés, le chef caquiste a dit pouvoir compter sur un duo de rêve: Marguerite Blais et...Pierre Paradis. Reconnaissant sa bévue, il a tout de suite corrigé le tir. «Il est parti, Pierre Paradis. Nous, on aime mieux François Paradis!».

Au chapitre de l'intégrité, la CAQ promet de mettre fin aux nominations partisanes dans la fonction publique et parapublique.

Les Québécois, d'après François Legault, sont «écoeurés» du copinage. Il a d'ailleurs mis en garde les militants présents — jamais ils n'obtiendront un poste parce qu'ils sont caquistes. «Les p'tits amis, c'est terminé», a-t-il tranché.