NOUVELLES
25/05/2018 12:40 EDT | Actualisé 25/05/2018 12:41 EDT

Pratiques de vente: Pages Jaunes sous la loupe de l'Office de la protection du consommateur

Cette affaire a tout d'abord été signalée par la station radiophonique 98,5 FM.

Pages Jaunes se retrouve sous la loupe de l'Office de la protection du consommateur, qui a reçu 52 plaintes au cours des deux dernières années entourant certaines pratiques de vente de l'entreprise montréalaise.

Cette affaire a tout d'abord été signalée par la station radiophonique 98,5 FM, qui a été contactée par de nombreux commerçants disant avoir gardé un goût amer de leur expérience avec l'éditeur de l'annuaire Pages Jaunes.

Dans la majorité des cas, il semblait y avoir de la confusion entourant les ententes conclues entre ces commerçants et les vendeurs de l'entreprise, qui faisaient de la sollicitation par téléphone.

Au cours d'un entretien téléphonique, le porte-parole de l'Office, Charles Tanguay, qui dit avoir analysé les 52 dossiers, a indiqué qu'il semblait y avoir «plusieurs problèmes», ajoutant qu'il y avait un «nombre suffisant de plaintes pour croire qu'il y a une part de vérité».

En milieu de journée, Pages Jaunes n'avait pas retourné les appels et courriels de La Presse canadienne.

Puisque le nombre de plaintes est «quand même significatif», M. Tanguay a indiqué que l'Office avait transmis un avis de rappel à l'entreprise en avril dernier à propos des dispositions de la Loi sur la protection du consommateur entourant les contrats conclus à distance.

Étant donné qu'elles sont considérées comme des personnes morales, les entreprises ne peuvent se tourner vers la loi visant à protéger les consommateurs.

M. Tanguay a toutefois précisé que la situation est différente pour les professionnels qui ne sont pas incorporés ou pour les entreprises exploitées par un individu, comme une société de déneigement ou spécialisée dans l'aménagement paysager.