POLITIQUE
25/05/2018 10:22 EDT | Actualisé 25/05/2018 11:36 EDT

Dominique Anglade nie qu'elle s'active déjà dans l'espoir de succéder à Philippe Couillard

Selon Bernard Drainville, elle aurait même été jusqu'à promettre des sièges de ministres à des députés.

Photo d'archives de Dominique Anglade.
Bloomberg via Getty Images
Photo d'archives de Dominique Anglade.

Le premier ministre Philippe Couillard dit croire la ministre Dominique Anglade, qui a nié qu'elle s'active déjà dans l'espoir de lui succéder, mais affirme du même souffle qu'il ne verrait pas cette attitude comme un manque de loyauté à son endroit.

C'est le chroniqueur politique à la station de radio 98,5 FM, Bernard Drainville, qui, vendredi matin, a affirmé que Mme Anglade s'activait déjà dans les rangs libéraux dans l'espoir de succéder au premier ministre Couillard, allant même jusqu'à promettre des sièges de ministres à des députés.

En quelques minutes, sur Twitter, Mme Anglade a catégoriquement nié le tout. "Cher Bernard, les propos tenus ce matin étaient faux. Cela me fera plaisir d'en discuter quand vous me rappellerez", a-t-elle répliqué.

Interrogé à ce sujet à Montréal, alors qu'il prononçait une allocution devant le Conseil patronal de l'environnement du Québec, le premier ministre Couillard a d'abord affirmé qu'il n'y verrait aucun manque de loyauté de la part de Mme Anglade.

"Je vois ça avec beaucoup de fierté. J'ai été capable de m'entourer de gens très forts. Ça, c'est la preuve d'un leadership fort. Qui a recruté madame Anglade? C'est moi. J'en suis très heureux. Qui a recruté Isabelle Melançon? C'est moi. Alexandre Taillefer? C'est moi. Il faut être capable de voir autour d'un leader des personnes fortes qui témoignent de la force du leadership. Alors pour moi, ce n'est pas un enjeu réel", a-t-il commenté.

M. Couillard a rappelé que lorsqu'il était ministre de la Santé et des Services sociaux dans le gouvernement de Jean Charest, il avait "des articles aux deux semaines, presque (disant) que soi-disant j'étais en train de préparer la succession - ce que je n'ai jamais fait, concrètement. Alors ça arrive toujours dans les partis politiques", a-t-il objecté.

Quand on lui a demandé si ce n'était pas là une marque de manque de loyauté, il a répondu: "je ne pense pas qu'elle dirait ça explicitement de ce qui a été circulé sur les ondes" de la station de radio.

Informé du fait que Mme Anglade avait nié, M. Couillard a dit la croire. "Je crois entièrement madame Anglade, j'ai la plus grande confiance; c'est une personne, une femme de grande qualité, que je suis très fier d'avoir recrutée".

📣 NOUVEAUTÉ
Vous ne voulez rien manquer de la campagne électorale à venir?

Cliquez ici pour devenir membre de notre groupe
«Québec 2018: les élections provinciales»!