NOUVELLES
24/05/2018 05:56 EDT | Actualisé 24/05/2018 13:34 EDT

Écrasement du vol MH17 en Ukraine: le missile provenait de la Russie

L'avion avait été abattu le 17 juillet 2014, entraînant la mort de 298 personnes.

AFP/Getty Images

Une analyse détaillée de vidéos et de photos a établi sans équivoque que le missile Buk qui a abattu le vol 17 de Malaysia Airlines dans l'est de l'Ukraine il y a près de quatre ans provenait d'une unité militaire basée en Russie, a annoncé jeudi une équipe internationale d'enquêteurs.

C'est le lien le plus clair jamais établi par l'équipe d'enquêteurs entre cette frappe de missile mortelle et des militaires russes.

Les procureurs ont déclaré qu'ils avaient présenté leurs conclusions à Moscou et qu'ils attendaient des explications, mais qu'ils n'avaient pas reçu de réponse jusqu'à maintenant. L'équipe internationale chargée de l'enquête criminelle a fait appel à des témoins ayant confirmé l'implication de la 53e brigade de missiles antiaériens de l'armée russe basée dans la ville de Koursk.

La Russie a toujours nié toute implication dans l'écrasement de l'avion.

Le procureur Fred Westerbeke a déclaré que l'équipe d'enquête conjointe, appelée JIT, n'était pas encore prête à nommer les suspects, mais a ajouté: "Je peux dire que nous entrons maintenant dans la (...) dernière phase de l'enquête. Il n'est pas possible de dire en ce moment quand nous serons prêts, car il y a encore beaucoup de travail à faire."

Le Boeing 777 était parti d'Amsterdam en direction de Kuala Lumpur, en Malaisie, lorsqu'il a été abattu en plein vol dans l'est de l'Ukraine le 17 juillet 2014. Les 298 passagers et membres d'équipage ont tous péri.

Les procureurs ont indiqué en 2016 que l'avion avait été touché par un missile Buk 9M38 tiré depuis un territoire contrôlé par des rebelles soutenus par la Russie, à l'aide d'un lanceur mobile transporté depuis la Russie et emmené à la hâte à cet endroit. La présentation de jeudi est allée un peu plus loin en identifiant l'unité exacte qui aurait été impliquée, en fournissant plus de détails au sujet du missile et en montrant une compilation de vidéos et de photos des médias sociaux retraçant le voyage du convoi de missiles.

Un numéro de série unique

Les enquêteurs ont également montré des parties du réacteur et du système d'échappement d'un missile Buk série 9M38 récupéré dans l'est de l'Ukraine et des photos d'un numéro de série unique sur le missile. Les membres de l'équipe ont déclaré qu'une analyse minutieuse de la vidéo et des photos sur les médias sociaux avaient permis de retracer le voyage du convoi de missiles russes en Ukraine et identifié le système de lancement de missiles.

Le numéro de série du missile affiché leur a donné une "empreinte digitale" permettant de l'identifier et de déterminer où il avait été fabriqué, mais les enquêteurs ont dit qu'ils ne pouvaient pas encore dire avec certitude que c'était précisément le missile utilisé pour abattre le vol MH17. Ils ont appelé les témoins à fournir plus d'informations sur le missile.

"Toutes les conclusions de cette enquête médico-légale confirment la conclusion antérieure du JIT selon laquelle le vol MH17 a été abattu par un missile série 9M38", a déclaré Jennifer Hurst, de la police fédérale australienne.

Au bout du compte, tous les suspects identifiés et inculpés seront poursuivis devant les tribunaux néerlandais _ s'ils peuvent être arrêtés et traduits en justice.

Sur les 298 personnes de plus de 30 nationalités tuées dans la catastrophe, 196 étaient des Néerlandais, 42 des Malaisiens et 27 des Australiens.

Galerie photoLe crash du vol MH17 en Ukraine Voyez les images

Voir aussi: