DIVERTISSEMENT
24/05/2018 06:07 EDT | Actualisé 24/05/2018 06:09 EDT

La «Bébéatrice» de Guy A. Lepage sur Tou.tv

Les réflexions aussi décapantes qu’attendrissantes de la gamine d’aujourd’hui 8 ans seront l’objet d’un dessin animé.

Radio-Canada

Guy A. Lepage a fait rire les internautes pendant plusieurs années sur Twitter avec les mignonnes citations de sa fille Béatrice, en utilisant le mot-clic #Bébéatrice.

Après avoir été rassemblées dans un livre de l'illustrateur Éric Godin en 2015, voilà que les réflexions aussi décapantes qu'attendrissantes de la gamine d'aujourd'hui 8 ans seront l'objet d'un dessin animé, qui nichera d'abord sur Tou.tv à l'automne (sur le volet gratuit), puis à la télévision de Radio-Canada en décembre.

20 capsules de 4 à 5 minutes mettront ainsi en scène, sous les traits de crayon d'Éric Godin et la réalisation de Didier Loubat, le petit univers d'une Bébéatrice de quatre ans et demi, à laquelle la jeune comédienne Élia St-Pierre (vue dans Ruptures, District 31 et O') – et qu'on dit absolument extraordinaire – prêtera sa voix.

Galerie photoBébéatrice Voyez les images

Papa Guy, alias Guy A. Lepage, sera interprété par l'animateur de Tout le monde en parle lui-même, et Mamanie - ou Mélanie (Campeau) - la conjointe de Guy A. et maman de Béatrice, sera campée par Mélissa Désormeaux-Poulin.

Guillaume Lambert doublera Théo, le grand frère de 18 ou 19 ans, né de la précédente union de Guy A., et grand-maman Suzanne, maman de Mamanie et gardienne de Béatrice, prendra vie sous le timbre de Muriel Dutil. Même le chien Attaque sera de la partie!

Les épisodes de Bébéatrice seront divisés en courtes vignettes, à la façon d'Un gars, une fille, mais les personnages et la situation familiale des Lepage évolueront entre la première et la dernière tranche, car une histoire qui stagne en est une qui recule, a fait valoir Guy A. Lepage, lors de l'annonce du projet, mercredi.

Celui-ci partage l'écriture de la série avec Éric Godin (aussi directeur artistique), Laurent Paquin, Mélanie Campeau et son fils Théo Lepage-Richer.

Même la petite Béatrice apparaît à la liste des auteurs et est rémunérée à ce titre. Évidemment, ce sont encore papa et maman qui gèrent ses avoirs. Au courant de l'entreprise qui la met en vedette, la fillette perçoit l'affaire comme un jeu.

Un peu irrévérencieux

Dès le lancement du bouquin #Bébéatrice, il y a trois ans, l'idée de décliner le petit monde de cette enfant attachante et surprenante dans un format animé s'est imposée. Non seulement à l'esprit de Mélanie Campeau, productrice chez Mélomanie, qui avait bien sûr la matière première à la maison, mais aussi à celui de Luc Châtelain, d'Écho Média, qui voyait là un indéniable potentiel comique et un propos universel.

Mélomanie et Écho Média coproduisent donc la fiction, qu'on promet drôle, touchante et un brin irrévérencieuse, que Luc Châtelain décrit comme la «première téléréalité animée dans le monde», et qui ne sera pas l'adaptation de l'album papier. Des sketchs exclusifs se retrouveront dans l'émission, et vice-versa.

Ça ne sera pas interdit aux tout-petits, mais les parents qui oseront regarder Bébéatrice en famille auront peut-être quelques explications à fournir à leur progéniture, a rigolé l'équipe, mercredi. Ça ne grincera pas autant que Les Simpson, mais il y aura des sacres, plusieurs degrés de lecture, et ça ne sera pas toujours politiquement correct. Car, au final, si Bébéatrice a la langue aussi bien pendue, c'est souvent parce qu'elle répète ce qu'elle entend de la bouche des grands...

On profitera de ces chroniques du quotidien pour aborder des thèmes légers ou lourds, comme le féminisme, la mort ou la maladie. Les gags seront d'ailleurs rassemblés sous une même thématique.

Née en 2010, Béatrice Lepage a hérité du sens de la répartie de son ex-RBO de papa, et démontre un regard parfois corrosif sur la vie, pour ne pas dire trash, qui surprend souvent même l'auteur de ses jours, pourtant lui-même particulièrement lucide.

Encore maintenant, à l'approche de la préadolescence, Béatrice continue de se faire entendre avec sa candeur d'écolière, et ses perles d'observations se retrouvent encore sur les comptes de réseaux sociaux de son père, désormais sous l'appellation #Béactrice.

À l'époque où il nous distillait tous les jours les pensées de #Bébéatrice, Guy A. Lepage a lancé un véritable mouvement sur les réseaux sociaux, où plusieurs personnes lui répondaient avec les répliques adorables de leurs propres bambins.

On a tous une Bébéatrice à la maisonMélanie Campeau

À l'écran, on exagèrera les traits de personnalités réels de «princesse Bébéatrice», qui règne en mini tyran sur son «royaume», qui «tolère» ses parents parce qu'ils la nourrissent et use de tous les stratagèmes pour parvenir à ses fins. Elle a une emprise totale sur Papa Guy, qui est fou d'elle, et sur grand-maman Suzanne, qui la gâte sans ménagement, mais a un peu plus de mal à manipuler Mamanie, qui se laisse moins berner par les beaux yeux ou le chantage de sa fille. Quant à Théo, Bébéatrice le voit comme un demi-dieu, un héros, entre autres parce qu'elle ne le voit pas souvent ; il étudie à l'étranger. «À l'ombre», affirme Bébéatrice, au lieu de «Londres», parce que, lorsqu'elle communique virtuellement avec son frangin, il fait toujours noir.

Les créateurs n'ont pas puisé uniquement dans le bassin de paroles de la petite Béatrice pour élaborer le scénario deBébéatrice, s'inspirant d'autres bouts de choux de leur entourage ou inventant carrément des dialogues. Il y aura donc du vrai et du faux dans les différentes saynètes... mais, toujours, celles-ci seront tournées à la sauce Bébéatrice!

On a en outre tordu le cou à la réalité à quelques égards pour les besoins du récit. Par exemple, dans la vie, Théo, le garçon aîné, a aujourd'hui 26 ans, et est donc plus âgé que sa caricature.

Guy A. Lepage et Mélanie Campeau ont aussi accueilli bébé Thomas en août 2014 ; pour l'instant, fiston n'apparaît pas encore à la galerie de protagonistes de Bébéatrice, mais qui sait si Bébéatrice ne pourrait pas devoir céder sa place à un petit frère en cours d'intrigue...?

Voir aussi: