NOUVELLES
23/05/2018 13:15 EDT | Actualisé 23/05/2018 16:37 EDT

Francophonie: le Canada soutient Michaëlle Jean malgré le revirement français

Le président français a apporté son soutien à la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo.

Le Canada continue d'appuyer la candidature de Michaëlle Jean pour un deuxième mandat à la tête de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

La ministre fédérale du Développement international, Marie-Claude Bibeau, a réitéré mercredi après-midi la confiance du gouvernement canadien envers l'ancienne gouverneure générale.

"Absolument, on va appuyer Michaëlle Jean pour un deuxième mandat, a-t-elle dit en mêlée de presse. On pense qu'elle fait du bon travail au niveau de la mission de l'organisation."

Le mandat de Michaëlle Jean à la barre de l'organisation internationale été assombri par des histoires de dépenses discutables, dont plusieurs ont été rapportées par les médias de Québecor.

AFP/Getty Images
Michaëlle Jean

L'ancienne représentante de la reine au Canada n'en demeure pas moins une ambassadrice de qualité pour des enjeux liés à l'égalité hommes-femmes, a insisté la ministre Bibeau.

Cette réaffirmation de l'appui d'Ottawa survient quelques heures après que, du côté de la France, le président Emmanuel Macron eut confirmé que Paris jetait son dévolu sur une rivale de Mme Jean.

L'Élysée misera sur la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, a-t-il confirmé à Paris, à l'issue d'une rencontre avec le président rwandais Paul Kagame.

"La ministre des Affaires étrangères du Rwanda a toutes les compétences pour exercer cette fonction (...) et je la soutiendrai", a déclaré Emmanuel Macron, selon l'Agence France-Presse.

La ministre Bibeau n'a pas voulu supputer sur les motifs du camouflet français, mais elle a assuré n'avoir eu "que de bons commentaires à l'égard de Mme Jean jusqu'à maintenant".

Elle a cherché à minimiser les histoires touchant les dépenses sous l'actuelle capitaine du navire de la Francophonie, pointant du doigt l'organisation plutôt que son administratrice.

"Peu importe qui est à la tête, l'organisation a besoin d'être modernisée dans ses pratiques financières", a offert Marie-Claude Bibeau.

En visite en France, en mars dernier, le premier ministre Philippe Couillard avait réclamé devant le président français plus de transparence et de rigueur dans l'administration de Michaëlle Jean.

Le premier mandat de la Québécoise prend fin à la mi-octobre.

L'élection du secrétaire général de l'OIF aura lieu au prochain sommet de la Francophonie, à Erevan (Arménie), ce mois-là.

LIRE AUSSI:
» BLOGUE Michaëlle Jean mérite-t-elle encore un second mandat à l'OIF?
» BLOGUE Francophonie: Michaëlle Jean en route pour un second mandat
» Trudeau discute de la mission au Mali avec Michaëlle Jean