NOUVELLES
22/05/2018 06:23 EDT | Actualisé 22/05/2018 06:23 EDT

Montréal se démarque par sa qualité de vie, moins par sa vitalité économique

Un rapport a comparé la ville à 14 autres villes nord-américaines...

SKLA via Getty Images

Montréal demeure toujours à la traîne par rapport à d'autres grandes villes nord-américaines lorsqu'il est question de vitalité économique, selon un classement réalisé par l'Institut du Québec (IdQ), mais la métropole a une carte dans son jeu qui lui permet de se démarquer: sa qualité de vie.

«À Montréal, vous n'aurez peut-être pas nécessairement les salaires de la Silicon Valley, autour de San Francisco, mais vous allez avoir une très belle qualité de vie», a soutenu en entrevue le directeur associé de l'IDQ, Jean-Guy Côté.

«Les études ont commencé à démontrer que les nouvelles générations, les gens avec beaucoup de talent, n'ont pas simplement le salaire comme préoccupation», a-t-il ajouté.

Depuis trois ans, l'institut de recherche compare la ville de Montréal à d'autres villes d'Amérique du Nord en considérant plusieurs facteurs. L'IdQ examine cinq catégories: la vitalité économique, le capital humain, l'innovation, la qualité de vie et l'attractivité.

Dans ce classement, Montréal se mesure notamment à Toronto, Vancouver, Boston, Philadelphie, Denver et San Francisco. Pour arriver à ces données, l'IdQ s'est appuyé sur le plus récent recensement canadien, réalisé en 2016.

La Presse canadienne a pu consulter à l'avance le plus récent rapport, rendu public mardi.

Selon ses conclusions, bien que Montréal ait plusieurs faiblesses en matière d'économie, c'est sur la qualité de vie qu'elle peut se rattraper.

Dans la métropole québécoise, les logements sont abordables, la criminalité est faible et l'offre de transport est diversifiée, ce qui la distingue avantageusement des 14 autres grandes villes à l'étude.

L'économie, le point faible

Sur les questions d'économie, toutefois, Montréal a du mal à se démarquer.

Même si les années 2016 et 2017 ont été très positives économiquement pour Montréal, la métropole québécoise s'est retrouvée en 2016 au 14e rang sur 15 pour l'activité économique. Pour ce qui est de la croissance économique, Montréal a monté de deux rangs de 2014 à 2016, mais elle se situe tout de même en 13e position, ex aequo avec Philadelphie. C'est San Francisco, qui abrite la célèbre Silicon Valley, qui est en tête de liste dans ces deux catégories.

«C'est sûr qu'on ne peut pas encore percevoir les aiguilles bouger beaucoup. Ça va prendre beaucoup d'années comme ça avant qu'on arrive à faire monter Montréal dans le classement», a observé M. Côté.

«Ce que Montréal peut faire, c'est de continuer la stratégie déjà amorcée, c'est-à-dire attirer des investisseurs, mais attirer aussi des talents, donc des gens qui ont un espace ou un talent particulier.»

Des améliorations aussi

Le bilan de la métropole s'améliore quelque peu en ce qui concerne l'attractivité, l'innovation et le capital humain — qui prend notamment en compte la proportion d'habitants détenant un baccalauréat et l'intégration des immigrants sur le marché du travail.

Sur ces derniers points, les chercheurs constatent que les avancées ne sont pas suffisantes: Montréal se classe 14e.

«Bien que depuis 2013, il y ait plus de Montréalais âgés de 25 à 64 ans qui détiennent un diplôme universitaire, cette hausse de 1,4 pour cent dépasse seulement le taux de croissance observé à Minneapolis, Saint-Louis et Phoenix», indiquent-ils.

Quant à l'innovation, les résultats sont acceptables, selon le rapport, mais Montréal aurait le potentiel d'aller beaucoup plus loin, est-il écrit.

D'autres observations du rapport «Comparer Montréal»

— Montréal est en 15e place quant au revenu disponible par habitant, qui était de 28 600 $ en 2016. Toronto et Vancouver arrivent tout juste devant, en 14e et 13e place. «Notons, toutefois, que lorsque l'on tient compte des dépenses privées de santé par habitant des deux côtés de la frontière, l'écart entre les autres villes canadiennes et américaines diminue de façon significative.»

— La métropole dépasse Philadelphie, Boston et Pittsburgh quant à la croissance du nombre de permis de construction. «En moyenne mobile sur trois ans, la croissance du nombre de permis octroyés est passée de -7,7 pour cent à 5,8 pour cent.»

— Montréal est au dernier rang des villes quant à la population vivant sous le seuil de la pauvreté; ce pourcentage est passé de 13,3 pour cent à 18,9 pour cent en 2016.

— Le bilan de Montréal en termes de congestion routière stagne, se faisant devancer par des villes comme Boston, Philadelphie et Denver. Toronto et Vancouver sont toutefois en 12e et 13e place. «Montréal n'a pas été conçue en fonction de la circulation automobile. Lorsqu'on se compare avec des villes américaines, elles ont bâti d'abord le quadrilatère de la route, puis ensuite la ville est née», a expliqué Jean-Guy Côté.

Galerie photo Les 9 projets à surveiller à Montréal en 2018 Voyez les images