POLITIQUE
22/05/2018 14:35 EDT | Actualisé 22/05/2018 14:36 EDT

Contrôle des armes: Boufeldja Benabdallah livre un plaidoyer pour bannir les armes d'assaut

«S'il vous plaît, s'il vous plaît. Aidez-nous, aidez-nous, et aidez la société à ce que ce genre d'arme d'assaut, de guerre, ne soit pas dans ce pays. »

Photo d'archives de Boufeldja Benabdallah.
La Presse canadienne/Jacques Boissinot
Photo d'archives de Boufeldja Benabdallah.

Le président du Centre culturel islamique de Québec, Boufeldja Benabdallah, a imploré mardi les élus d'un comité parlementaire d'inclure dans le projet de loi sur le contrôle des armes des dispositions afin de bannir les armes d'assaut.

«S'il vous plaît, s'il vous plaît. Aidez-nous, aidez-nous, et aidez la société à ce que ce genre d'arme d'assaut, de guerre, ne soit pas dans ce pays. C'est pour le bien de toute la société», a-t-il plaidé devant les députés du comité permanent de la sécurité publique et nationale.

Il a fait valoir que le bilan de la fusillade à la mosquée de Québec, qui a fait six morts pendant la prière à la mosquée le 29 janvier 2017, aurait pu être beaucoup plus lourd si l'arme du tireur ne s'était pas enrayée — un type d'arme qui ne devrait tout simplement pas circuler au Canada, a-t-il insisté.

«Tous les gens sont sidérés que cet individu avait une arme d'assaut», a lâché Boufeldja Benabdallah, invitant les élus à laisser la partisanerie de côté et à soutenir unanimement une prohibition des armes d'assaut au Canada.

C'est cet appel que je fais à vous tous ici (...) et je vais taper sur le clou jusqu'à ce que ça marche; Inch'Allah, si Dieu le veut.Boufeldja Benabdallah

À ses côtés, Heidi Rathjen, coordonnatrice du groupe PolySeSouvient, qui milite en faveur d'un meilleur contrôle des armes à feu, a aussi réclamé une prohibition des armes d'assaut.

Elle a soutenu que le projet de loi libéral respectait «à peine» les promesses contenues dans la plateforme électorale libérale, mais qu'il ne s'agissait pas selon elle d'un cadre assez robuste.

À sa sortie de la réunion du comité, elle a dit avoir un espoir, mais mince, que le gouvernement Trudeau accède à sa demande. En revanche, elle s'est réjouie que cette présence puisse sensibiliser la population canadienne sur la question des armes d'assaut.

Le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, a réitéré mardi matin à son arrivée à la réunion du cabinet libéral qu'il était ouvert aux suggestions des différents groupes qui interviendront au cours de l'étude du projet de loi libéral.

Le projet de loi C-71 sur le contrôle des armes à feu ne contient pas de mesure visant à prohiber les armes d'assaut au pays.

Il prévoit que le dernier mot en matière de classification des armes à feu revienne à la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et non plus aux politiciens comme la législation le prévoyait sous le précédent gouvernement conservateur.

À voir également sur le HuffPost Québec: