NOUVELLES
18/05/2018 12:48 EDT | Actualisé 18/05/2018 12:48 EDT

Le prix de l'essence devrait fluctuer en fin de semaine

On doit s'attendre à un coût plus élevé à ce temps-ci de l'année.

Classen Rafael / EyeEm via Getty Images

Les automobilistes canadiens qui prendront le volant à l'occasion du long week-end risquent d'avoir des expériences bien différentes à la pompe.

L'analyste Dan McTeague,du site GasBuddy.com, prédit que le prix de l'essence sera en hausse en Ontario, dans les Maritimes, au Manitoba et en Saskatchewan, mais qu'il reculera en Alberta et au Québec.

L'essence devrait coûter samedi, en moyenne, 140,9 cents le litre à Toronto, à Ottawa et ailleurs en Ontario, soit un sommet depuis le 29 juin 2014.

«On savait que ce serait le prix le plus élevé (en quatre ans)... Mais bon Dieu, je n'aurais jamais pensé que ce serait si haut», a admis M. McTeague.

GasBuddy témoignait jeudi après-midi d'un prix moyen de 134,4 cents le litre à travers le pays, en hausse de 2,6 cents depuis la semaine dernière et de 26 cents par rapport à l'an dernier.

Le prix moyen le plus élevé jamais mesuré a été de 142,4 cents le litre, en août 2008.

On doit s'attendre à un coût plus élevé à ce temps-ci de l'année, a dit Jason Parent, le vice-président du Groupe Kent, puisqu'une hausse de la demande permet aux détaillants d'engranger plus de profits.

«C'est le début de la saison estivale sur les routes et la demande augmente et l'approvisionnement est un peu plus serré, a-t-il expliqué. La tendance générale en cette période est à la hausse.»

Le Manitoba et la Saskatchewan, qui profitaient de l'essence la plus abordable au pays jeudi après-midi, devraient voir le prix à la pompe grimper de 5 à 7 cents le litre pendant la fin de semaine, selon M. McTeague, puisque des détaillants des deux provinces vendraient leur essence à perte.

«Quand on double soudainement la demande avec les gens qui partent pour la longue fin de semaine, on ne peut pas se permettre de doubler ce qu'on perd, a-t-il dit. Donc les détaillants ont tendance à augmenter leurs prix, peu importe ce qui se passe sur le marché du gros.»

Le prix à la pompe a grimpé d'environ 2 cents le litre au Nouveau-Brunswick et à Terre-Neuve-et-Labrador jeudi après-midi, a ajouté M. McTeague.

Au Québec, en revanche, le prix pourrait tomber de 10 cents le litre pendant la fin de semaine. En début d'après-midi vendredi, les prix affichés par le site essencemontreal.com oscillaient entre 130,9 cents le litre dans la région de Marieville et 147,9 cents le litre sur l'île de Montréal.

Un déclin de 4 cents le litre est possible en Alberta.

Dans la région de Vancouver, M. McTeague envisage une hausse de 1 ou 2 cents par rapport à la moyenne de 1,61 $ le litre mesurée jeudi soir, mais le début de la semaine de travail devrait s'accompagner d'un certain fléchissement.

M. Parent a indiqué que des questions logistiques expliquaient pourquoi le prix à Vancouver est plus élevé que n'importe où d'autre en Amérique du Nord.

À New York, le cours de référence du baril de pétrole est d'environ 71 $ US.