NOUVELLES
18/05/2018 15:55 EDT | Actualisé 18/05/2018 15:55 EDT

Des producteurs de cannabis artisanal réclament une protection

Cinq groupes représentant des producteurs à petite échelle ont écrit une lettre ouverte à la ministre fédérale de la Justice.

Nastasic via Getty Images

Des producteurs et vendeurs de cannabis artisanal en Colombie-Britannique veulent que les gouvernements fédéral et provincial mettent immédiatement en place de mesures pour protéger leurs entreprises à l'approche de la légalisation de la marijuana à des fins récréatives, prévue plus tard cette année.

Cinq groupes représentant des producteurs à petite échelle ont écrit une lettre ouverte à la ministre fédérale de la Justice, Jody Wilson-Raybould, et à son homologue britanno-colombien, David Eby, réclamant des changements réglementaires.

Le gouvernement fédéral a signalé son intention d'accorder une place au cannabis artisanal en proposant des licences de microculture. Cependant, la procédure pour demander une telle licence n'existe pas encore.

Les groupes, qui comprennent l'association du cannabis artisanal de la Colombie-Britannique, aimeraient que le gouvernement mette cette procédure en place le plus rapidement possible, pour qu'ils puissent commencer à concurrencer les plus grands producteurs autorisés dans les contrats de fourniture provinciaux.

Ils font aussi valoir que la taille proposée pour les microcultures est trop petite et que les restrictions sur l'emballage et l'étiquetage devraient être assouplies afin que le cannabis artisanal puisse se distinguer.

Ian Dawkins, de l'association du commerce de cannabis du Canada, estime que les plans actuels des gouvernements fédéral et provincial en ce qui a trait à la légalisation de la marijuana vont signer l'arrêt de mort de la communauté du cannabis artisanal en Colombie-Britannique.

«Si cela se produit, les économies rurales seront dévastées et il faudra des décennies pour les rebâtir, alors nous demandons aux deux niveaux de gouvernement de réagir maintenant, avant qu'il ne soit trop tard», a-t-il affirmé dans un communiqué de presse.