POLITIQUE
16/05/2018 10:08 EDT | Actualisé 16/05/2018 15:17 EDT

Alexandre Taillefer estime que Pierre Karl Péladeau exerce une influence sur le Journal de Montréal

PKP n'a pas tardé à réagir.

Les couteaux volent bas entre le président de la campagne électorale du Parti libéral du Québec, Alexandre Taillefer, et l'ancien chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau.

Au micro de la station radiophonique 98,5 FM, mercredi matin, M. Taillefer a lancé que M. Péladeau exerce une "influence certaine" sur le travail effectué par les journalistes et les chroniqueurs du Journal de Montréal.

Pierre Karl Péladeau est l'actionnaire de contrôle de Québecor qui possède, entre autres, le Journal de Montréal. Quant à Alexandre Taillefer, il est notamment propriétaire du magazine L'Actualité et de l'entreprise Téo Taxi.

Depuis qu'il a fait son entrée en politique il y a cinq jours, M. Taillefer affirme que 11 chroniques ont été écrites à son sujet dans le Journal de Montréal, suggérant que M. Péladeau a le bras long.

Mercredi matin, les récentes mises à pied effectuées chez Téo Taxi ont fait la une du quotidien coiffée du titre "Zizanie chez Téo Taxi".

"Comment ça se fait qu'un article sur un enjeu opérationnel d'une compagnie fasse la page couverture ce matin du Journal de Montréal?", s'est-il questionné.

Lorsqu'il se fait demander si, à son avis, Pierre Karl Péladeau "utilise ses médias contre le Parti libéral du Québec", le président de la campagne libérale répond: "Je pense qu'il a une certaine influence. Une influence certaine."

M. Taillefer poursuit en remettant en question l'objectivité des journalistes de Québecor. "Si j'étais aujourd'hui journaliste ou chroniqueur au Journal de Montréal, je m'interrogerais sur mon impartialité", laisse-t-il tomber?.

"Je pense qu'aujourd'hui... ils sont bien contents, ils reçoivent des bonnes tapes dans le dos quand des dossiers (...) parlent d'intérêts qui (sont) en faveur des positions de leur patron. Définitivement", ajoute-t-il.

L'homme d'affaires se permet de rappeler à son vis-à-vis: "Il faut qu'on ait un certain devoir de réserve comme propriétaire de médias".

Peu après, Alexandre Taillefer a apporté certaines nuances à sa pensée sur Twitter. Il y spécifie que l'article du Journal de Montréal sur Téo Taxi est "factuel et irréprochable" et que ses propos ne visaient pas le travail des journalistes, mais plutôt celui des chroniqueurs et des titreurs.

Il maintient toutefois ses commentaires à l'endroit de Pierre Karl Péladeau: "Remplacez journalistes par chroniqueurs et titreurs durant mon entrevue avec PaulArcand ce matin et je maintiens ma question: est-ce que la position éditoriale des médias de Québecor est en phase avec les positions politiques bien connues de son propriétaire?"

M. Taillefer a décliné l'invitation de La Presse canadienne à détailler plus en profondeur ces déclarations. "L'enjeu de la campagne est ailleurs, a-t-il écrit dans un courriel. Je m'implique pour empêcher un gouvernement de droite économique de prendre le pouvoir. Pas pour être un éteignoir nationaliste."

Quant à Pierre Karl Péladeau, il n'a pas tardé à dégainer à son tour sur Twitter. "Si tu ne sais pas prendre la pression médiatique Alexandre Taillefer, je me permets l'audace de te conseiller de penser à faire autre chose que de la politique. Tu risques d'être très malheureux. Et passer pour un pauvre mec si tu dis n'importe quoi!"

Quelques minutes plus tard, PKP a aussi partagé la caricature sur Taillefer du quotidien La Presse avec le message «N'est-ce pas incroyable! La Presse attaque Alexandre Taillefer», suivi de plusieurs emojis.

Réactions politiques

Cette remise en question de l'impartialité de la salle de rédaction du Journal de Montréal a fait réagir dans les couloirs de l'Assemblée nationale.

Le chef péquiste Jean-François Lisée s'est dit persuadé que les critiques formulées par les médias de Québecor à l'endroit du Parti québécois sont toujours aussi "généreuses" que celles adressées aux autres partis politiques.

"Pour moi, se plaindre de la couverture des médias, c'est vraiment ne pas être prêt à faire de la politique", a-t-il soufflé.

"Aux premiers jours de sa vie politique, (Alexandre Taillefer) tombe dans des pièges à ours que chacun devrait connaître: ne pas critiquer les médias et ne pas dire le contraire de la vérité", a ajouté celui qui a succédé à Pierre Karl Péladeau à la tête du Parti québécois.

Le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Moreau, s'est bien gardé d'appuyer ou de démentir les dires d'Alexandre Taillefer.

"J'ai entendu M. Lisée dire qu'il s'agissait d'un piège à ours, vous ne pensez quand même pas que je vais sauter dedans!", a-t-il lâché aux journalistes.