DIVERTISSEMENT
15/05/2018 15:25 EDT | Actualisé 15/05/2018 15:25 EDT

Politiciennes, animatrices et chanteuses reprennent «Les Belles-Sœurs»

Des femmes de divers milieux ont revisité la fameuse histoire de collage de timbres et de commérages pour un soir seulement...

Éric Myre

Qu'ont en commun Marie-Claude Barrette, Marie-Élaine Thibert, Liza Frulla, Josée Lavigueur, Nathalie Petrowski, Thérèse Parisien et Francine Grimaldi? Elles, et cinq autres personnalités féminines de tous les horizons, ont brûlé les planches dans une version inédite des Belles-Sœurs, à la Caisse de dépôt et placement du Québec, lundi soir.

L'exercice avait déjà été tenté en 2008, à l'occasion du 40e anniversaire de la création de la pièce de Michel Tremblay : des femmes de divers milieux, qui n'étaient pas comédiennes, avaient revisité la fameuse histoire de collage de timbres et de commérages et joué exceptionnellement les actrices, pour un soir seulement.

Le concept était le même cette année et, cette fois, le classique théâtral était le plat de résistance de la soirée-bénéfice annuelle du Théâtre du Rideau Vert, et soulignait les 50 ans de la mythique fresque du Québec populaire des années 60.

Dans une mise en scène de Denise Filiatrault, Monique Giroux (Germaine Lauzon), Thérèse Parisien (Rose Ouimet), Marie-Josée Taillefer (Marie-Ange Brouillette), Marie-Claude Barrette (Thérèse Dubuc), Louise Beaudoin (Angéline Sauvé), Liza Frulla (Rhéauna Bibeau), Francine Grimaldi (Olivine Dubuc), Josée Lavigueur (Des-Neiges Verrette), Isabelle Maréchal (Pierrette Guérin), Nathalie Petrowski (Yvette Longpré), Marie-Élaine Thibert (Linda Lauzon) et Marie-Christine Trottier (Lisette de Courval) se sont donné la réplique dans les costumes typiques des Belles-Sœurs, vestes de laine et colliers de perles inclus!

Quelques-unes de ces femmes, dont Monique Giroux, Liza Frulla, Louise Beaudoin et Marie-Élaine Thibert, avaient aussi été de la précédente édition de l'événement, il y a dix ans.

Les Belles-Soeurs

Interprétations

Une pléiade d'invités, dont Marc Messier, Myriam LeBlanc, Guylaine Tremblay, Rémy Girard, René Simard, Sonia Vachon, David Savard, Pierre Karl Péladeau et plusieurs autres ont assisté à la représentation unique de ces Belles-Sœurs.

Évidemment, Michel Tremblay, père des Belles-Sœurs, était aussi présent pour savourer cette nouvelle relecture de sa production, qui a déjà été adaptée en anglais, en allemand, en italien, en polonais et en yiddish, notamment. Rappelons que c'est entre les murs du Théâtre du Rideau Vert que Les Belles-Sœurs avaient été présentées pour la première fois, le 28 août 1968.

La mouture chantée, élaborée par René-Richard Cyr et Daniel Bélanger en 2010, reprendra du service au Québec à l'automne.

«N'importe quelle pièce peut être réinventée par n'importe quel metteur en scène», a analysé Michel Tremblay, croisé sur le tapis rouge, peu avant le lever du rideau, lundi. L'artiste a blagué que l'initiative de Denise Filiatrault de réviser une fois de plus son offrande pour les 50 ans de celle-ci était «hors-lui».

«Dans toutes les productions que j'ai vues dans ma vie, je n'en ai jamais vu deux qui étaient semblables. La sensibilité, l'intelligence des metteurs en scène, des actrices, des dessinateurs de costumes, d'éclairages, de maquilleurs, de perruques, de costumes... Ce qui est formidable au théâtre, pour un auteur, c'est que, quand on va voir des versions différentes de ses propres pièces, tout change, sauf ce qu'on a écrit. Ça, c'est absolument extraordinaire. De voir ce que d'autres gens, parfois même dans d'autres cultures, d'autres pays, voient dans nos mots. Le texte reste le même, mais les interprétations changent. J'aime beaucoup le mot interprétation. Un peu comme un chef d'orchestre qui va s'approprier une symphonie de Beethoven; ça va être la même, mais les nuances vont être différentes. C'est ça l'interprétation, c'est ce que j'aime», a complété celui qui proposera à l'automne un nouveau roman intitulé 23 secrets bien gardés.

«Ce sont 23 choses dont je n'ai à peu près jamais parlé à l'intérieur de ma vie. Des choses qui sont très drôles, d'autres qui sont plus heavy...», a dévoilé Michel Tremblay.