POLITIQUE
15/05/2018 15:27 EDT | Actualisé 15/05/2018 15:27 EDT

Pascal Bérubé de retour pour les «séries de fin de saison»

Il est revenu à l’Assemblée nationale après sept «longues» semaines de convalescence.

Assemblée nationale du Québec
Jean-François Lisée a brandi sa copie du journal «Le Devoir», publié au lendemain d'un incendie qui a causé des dommages dans les locaux du quotidien.

QUÉBEC – Le leader parlementaire du Parti québécois a fait son entrée à l'Assemblée nationale armé de sa canne. Pascal Bérubé est de retour, après sept «longues» semaines de convalescence, de son propre aveu.

Le député de Matane-Matapédia a fait une vilaine chute sur la glace au mois de mars et s'est blessé à la cheville. Il par la suite été opéré et a dû limiter ses déplacements. C'est sa collègue Carole Poirier qui a pris sa place de leader parlementaire pendant ce temps.

«Je suis heureux de revenir aider ma famille politique à travers les travaux quotidiens. J'arrive à temps pour la fin de saison et surtout pour les séries de fin de saison», a illustré M. Bérubé, en point de presse.

Pour souligner son retour, son chef Jean-François Lisée et lui ont décerné des «prix citron» à des élus et candidats de la Coalition avenir Québec (CAQ) qui ont fui la «langue de bois» pour dire des «vérités fondamentales». Ils ont tenté de prouver que le PLQ et la CAQ, c'est du pareil au même.

Le député Éric Caire s'est mérité la médaille de bronze, selon M. Lisée, parce qu'il a dit que la «famille naturelle» du ministre Martin Coiteux était la CAQ. Rappelons qu'il était président du Conseil du trésor lors de la période d'austérité du gouvernement.

M. Bérubé a réservé la médaille d'argent à son homologue caquiste, François Bonnardel. Il avait admis en novembre dernier que le PLQ avait volé les idées de la CAQ. «Les Québécois sont capables de voir qu'entre la copie et l'original... ils choisiront, je l'espère, l'original en 2018.»

C'est l'économiste Éric Girard, qui a confirmé sa candidature dans Groulx lundi, qui s'est mérité la palme d'or du PQ. «Une ascension rapide!» s'est risqué M. Bérubé.

M. Girard a candidement admis qu'il n'aurait pas été «complètement farfelu» qu'il se présente pour les libéraux, puisqu'il s'est fait du «bon travail» du côté de l'économie. Il est vu comme un potentiel ministre des Finances dans un futur gouvernement de la CAQ.

M. Lisée a aussi fait une mention spéciale au ministre de la Santé, Gaétan Barrette, qui applique selon lui le programme de la CAQ en santé.