POLITIQUE
15/05/2018 09:45 EDT | Actualisé 15/05/2018 17:23 EDT

Alexandre Taillefer, candidat? C’est sur sa «bucket list»

L’entrepreneur expliquait mardi son rôle comme président de la campagne du PLQ.

FOTOimage

Même s'il exclut l'idée de se présenter comme candidat aux élections du mois d'octobre, Alexandre Taillefer n'exclut pas la politique active à court ou moyen terme.

M. Taillefer faisait son «coming out» officiel mardi à titre de président de la campagne électorale du Parti libéral du Québec. Il a fait face à une multitude de questions sur ses ambitions politiques.

«Une candidature, ce n'est pas sur ma liste de choses à faire aujourd'hui. Mais est-ce que c'est sur ma bucket list? Peut-être», a-t-il laissé tomber.

M. Taillefer n'a jamais caché son intérêt pour la politique, mais il dit être trop investi dans ses entreprises pour l'instant.

Il s'est également défendu de reluquer le poste de son nouveau patron, le premier ministre Philippe Couillard.

«Nous sommes très chanceux d'avoir quelqu'un comme Philippe Couillard qui fait ce travail d'une façon admirable», dit-il.

FOTOimage
Alexandre Taillefer aux côtés de la présidente du caucus Filomena Rotitori, le président du PLQ Antoine Atallah et le premier ministre Couillard.

Comme plusieurs personnes, j'ai soutenu plusieurs partis.Alexandre Taillefer

L'homme d'affaires, qui a confirmé son implication la semaine dernière, s'est dit «surpris de la rapidité et de la férocité des commentaires» à son égard.

Il a dû faire face à de nombreuses questions sur ses investissements dans le monde des médias et dans l'industrie du taxi, notamment.

M. Taillefer a également été obligé de se défendre après que des médias ont dévoilé qu'il détenait toujours une carte du Parti québécois (PQ) et qu'il a été membre de la Coalition avenir Québec (CAQ) par le passé.

«Si j'ai été membre, ça a été fait simultanément à la suite d'un don. Pas consciemment», avait-il écrit dans un courriel au HuffPost Québec, la semaine dernière.

«Comme plusieurs personnes, j'ai soutenu plusieurs partis, a-t-il renchéri mardi. J'ai soutenu différentes personnes – des gens qui choisissent de s'impliquer en politique pour faire un changement et je saluerai toujours l'implication individuelle pour le bien collectif.»

Le Journal de Québec a dévoilé que le chef de la CAQ, François Legault, a approché M. Taillefer à deux reprises pour qu'il joigne son parti, sans succès.

Le chef péquiste, Jean-François Lisée, a soutenu que son parti a pris des mesures «pour faire en sorte que personne ne soit membre du PQ à son insu». Il a expliqué que M. Taillefer a pris sa carte à trois reprises et que le cumul des années reporte la date d'expiration jusqu'en 2020.

«Maintenant, on est tout à fait prêts à lui reprendre sa carte. Il a juste à nous envoyer un courriel qu'il ne veut plus être membre du Parti québécois et il a notre consentement pour ne plus être membre», a lancé M. Lisée.

M. Taillefer, qui par le passé a dit qu'il n'endossait pas les politiques d'austérité du gouvernement Couillard, les a défendues lorsqu'il a confirmé qu'il se joignait aux libéraux, aux côtés du premier ministre.

«Maintenant, le Québec a enfin les moyens de financer ses ambitions et de faire évoluer son modèle qui fait tant envie partout dans le monde.»

Alexandre Taillefer confirme son implication en politique en tant que président de la campagne du PLQ