NOUVELLES
14/05/2018 18:38 EDT | Actualisé 14/05/2018 21:50 EDT

Incendie dans l'édifice qui abrite «Le Devoir» à Montréal

Tout le personnel est sain et sauf, mais les dommages seraient considérables.

Photo d'août 2017 de l'édifice abritant «Le Devoir».
Google Street View
Photo d'août 2017 de l'édifice abritant «Le Devoir».

Les employés du quotidien Le Devoir ont été évacués de la salle de rédaction après qu'un incendie s'est déclaré dans l'édifice qui abrite leur bureau à Montréal, lundi en début de soirée.

«Tout le personnel est sain et sauf. C'est l'essentiel, a écrit sur Twitter le directeur du Devoir, Brian Myles. Lourds dommages par contre.»

L'incendie, qui a été maîtrisé depuis, a pris naissance sur la terrasse située sur le toit du bâtiment. La cause du brasier serait une cigarette mal éteinte dans un bac à fleurs.

Lorsque les employés du Devoir ont commencé à évacuer l'édifice, les gicleurs s'étaient déjà activés, a indiqué en entrevue Florent Daudens, qui est directeur de l'information numérique au journal.

Selon ce qu'a écrit la journaliste Lisa Marie Gervais sur Twitter, les employés du Devoir, qui sont aux huitième et neuvième étages, sont sortis de l'édifice car ils commençaient à sentir la fumée. L'alarme ne sonnait apparemment pas à leur niveau.

Une centaine de pompiers sont intervenus pour maîtriser l'incendie, les autorités ayant émis une quatrième alarme - signifiant l'envoi de renforts supplémentaires. Les policiers leur sont venus en aide pour gérer la circulation dans le secteur, où quelques tronçons de rues ont été fermés.

L'immeuble abritant Le Devoir est situé à l'intersection des rues Berri et Sainte-Catherine. Peu après 19h, le Service de police de la Ville de Montréal a indiqué que la rue Sainte-Catherine était fermée entre les rues St-Denis et St-Hubert. La rue Berri était quant à elle fermée entre les boulevards Maisonneuve et René-Lévesque.

Via un tweet, le quotidien montréalais a confirmé qu'il sera en mesure de publier son édition papier mardi et que ses éditions numériques continuent de fonctionner.

«Je ne sais pas si ça va être 100 pour cent comme d'habitude, mais on sort parce qu'on ne sait pas faire autre chose. On va tout faire pour livrer toutes nos éditions: papier et numérique», a indiqué M. Myles.

Les éditions papier du Devoir ne sont pas imprimées dans leurs bureaux; elles sont produites chez Imprimerie Mirabel, qui appartient à Québecor.

«Si on est capables de sortir ce soir, on va être capables les jours suivants, c'est clair. Ça va être un défi logistique supplémentaire, mais ce n'est rien d'insurmontable», a conclu M. Myles.

Le service des incendies s'est fait rassurant, disant que les dommages étaient, certes, considérables, mais que les bureaux pourront être réintégrés éventuellement.

Selon le chef aux opérations du SIM, David Shelton, même si le feu s'est propagé au toit de l'immeuble voisin, les dommages devraient être circonscrits à l'extérieur des édifices, et l'intérieur du bâtiment où se situe Le Devoir ne devrait pas être endommagé.

Avec des informations de La Presse canadienne.