NOUVELLES
14/05/2018 08:56 EDT | Actualisé 14/05/2018 08:56 EDT

Des familles de kamikazes sèment la panique en Indonésie

Des enfants de 8,9 et 12 ans étaient parmi les assaillants.

Achmad Ibrahim/Associated Press

Une fillette de huit ans a survécu à l'attaque suicide perpétrée par sa famille lundi en Indonésie.

L'attaque visait le quartier général de la police de Surabaya, la deuxième plus grande ville du pays.

La veille, des membres d'une même famille — dont des fillettes de 9 et 12 ans — s'étaient fait exploser dans trois églises, tuant 12 personnes.

L'attaque de lundi a coûté la vie à quatre kamikazes. Six civils et quatre policiers ont aussi été blessés.

La fillette de huit ans a survécu quand elle a été projetée loin de la moto piégée sur laquelle elle prenait place avec deux autres personnes.

Les experts croient que les groupes islamistes moribonds de l'Indonésie ont été revigorés par le retour de plus d'un millier d'Indonésiens qui ont combattu dans les rangs de Daech (le groupe armé État islamique) en Syrie.

La famille qui a attaqué les églises et celle qui a attaqué le quartier général de la police étaient apparemment des amies.

Le président indonésien Joko «Jokowi» Widodo a condamné ces attaques «barbares» et promis d'écraser les groupes extrémistes. Le gouvernement tentera notamment d'accélérer l'adoption d'une nouvelle loi antiterrorisme coincée dans les méandres parlementaires.

Des images de l'attaque de lundi captées par des caméras de surveillance montrent deux motos qui s'immobilisent côte à côte à un poste de contrôle, puis au moins une explosion.