DIVERTISSEMENT
14/05/2018 15:17 EDT | Actualisé 14/05/2018 15:18 EDT

Le danseur Yanis Marshall a vécu un cauchemar dans le costume de Deadpool

Lors d'un récent passage à Toronto, Yanis Marshall a décrit le costume comme étant «la pire chose au monde».

Le danseur Yanis Marshall mène une séance d'étirements dans un studio de danse de Toronto.
THE CANADIAN PRESS/Chris Young
Le danseur Yanis Marshall mène une séance d'étirements dans un studio de danse de Toronto.

Avec ses déhanchements, ses tournoiements gracieux et ses levers de jambe extrêmes, Yanis Marshall donne l'impression qu'il est aisé de danser en talons hauts dans le costume de Deadpool.

Il assure toutefois que le faire dans le nouveau clip de Céline Dion, «Ashes», pour la trame sonore du film «Deadpool 2» était loin d'être facile.

Lors d'un récent passage à Toronto pour donner un atelier de danse, Yanis Marshall a décrit le costume comme étant «la pire chose au monde».

Selon lui, le porter était «un cauchemar», même s'il précise qu'il a trouvé le costume magnifique. Il n'a toutefois pas été conçu pour la danse, ajoute-t-il.

L'apparition du danseur dans le clip a fait jaser, et plusieurs admirateurs se demandaient au départ si la vedette de «Deadpool», Ryan Reynolds, se trouvait lui-même dans le costume sur la scène du Caesars Palace, à Las Vegas.

L'acteur a rapidement donné l'heure juste sur les réseaux sociaux, applaudissant le talent de Yanis Marshall, un danseur et chorégraphe français qui a été finaliste à l'émission «Britain's Got Talent» en 2014.

«Toute cette danse de Deadpool en talons hauts, ce n'était pas mon idée. C'était l'idée de Ryan», note toutefois Yanis Marshall en entrevue.

«Je lui ai parlé sur le plateau et il m'a dit qu'il voulait trouver une façon de m'impliquer depuis longtemps. Il me connaissait grâce à sa femme Blake (Lively) (...) C'est elle qui lui avait montré mes vidéos et des trucs du genre dans le passé.»

Yanis Marshall est une vedette de YouTube qui a participé à l'émission «Danse avec les stars» en France à titre d'entraîneur, en plus d'avoir chorégraphié le spectacle «Zumanity» du Cirque du Soleil à Las Vegas. Sa mère était une professeure de danse qui lui a enseigné cet art alors qu'il était très jeune.

Il se spécialise dans la danse en talons hauts, particulièrement en bottillons, «pour une seule raison: parce que j'ai des pieds d'homme, donc je n'aime pas les chaussures ouvertes», dit-il.

Un admirateur de Céline Dion

Lorsque la 20th Century Fox lui a demandé de participer au clip de Céline Dion, réalisé par le cinéaste derrière «Deadpool 2» David Leitch, il était d'abord sceptique.

«Je ne regarde même pas ce genre de films, je regarde "Pretty Woman" et "Thelma and Louise". Mais Céline était impliquée et j'ai dit: "Ouais, essayons-le."»

Yanis Marshall dit avoir toujours été un admirateur de la chanteuse québécoise. Lorsqu'on lui demande quelle est sa chanson favorite, il cite «Pour que tu m'aimes encore», le succès de Céline Dion de 1995.

«En tant que jeune Français, j'ai été son admirateur avant même que les Américains ne la découvrent», souligne-t-il.

Et lorsqu'il a finalement pu la rencontrer sur le plateau du tournage d'«Ashes», il a eu l'impression d'être «un peu dans le brouillard».

«Elle est vraiment, vraiment gentille — un peu folle, je dirais, mais d'une bonne façon, et super aimable», raconte-t-il en riant.

Pour la vidéo, Yanis Marshall a dû danser pendant environ 12 heures, tournoyant autour de Céline Dion sur scène pendant que des cendres pleuvaient sur lui.

«J'étais comme mort lorsque ça s'est terminé», admet-il.

Il est heureux du résultat, surtout la scène finale lorsque Ryan Reynolds joue son personnage pour un moment de comédie.

«Le résultat est très bien, et c'est aussi hilarant», estime le danseur.

«Et ceux qui me connaissent savent que je ne me prends pas du tout au sérieux, donc j'étais l'homme parfait pour cela.»

Il n'a toutefois pas pu conserver le costume de Deadpool... quoiqu'il n'en aurait pas voulu en raison des limites qu'il impose au danseur.

«Le costume était accompagné d'un garde du corps, il était très protégé. Ces gens ne blaguent pas.»