NOUVELLES
13/05/2018 15:53 EDT | Actualisé 13/05/2018 15:53 EDT

Le prochain Tour du Silence se déroulera mercredi un peu partout au Québec

Maxim Martin a consenti à être porte-parole provincial.

De nombreux cyclistes se promettent déjà d'enfourcher leur bicyclette, mercredi, afin de participer au prochain Tour du Silence.

Cet événement annuel aura non seulement lieu à Montréal, mais également dans une vingtaine d'autres endroits à travers la province dont Baie-Comeau, Drummondville, Gaspé, Gatineau, Lévis, Québec, Rimouski et Sherbrooke.

Les participants circuleront sur des circuits ayant été déterminés à l'avance en s'abstenant bien sûr de parler.

Ainsi, le climat sera propice à la réflexion, à l'introspection et parfois même à la commémoration. Dans certaines communautés, des arrêts ont, en effet, été prévus pour honorer la mémoire de malheureux ayant été fauchés alors qu'ils circulaient à vélo.

Maxim Martin a consenti à être porte-parole provincial du Tour du Silence en compagnie de sa fille Livia.

Alors qu'il était récemment interviewé par La Presse canadienne, l'humoriste et comédien a expliqué qu'il n'a nullement eu besoin de se faire tirer l'oreille pour accepter de se lancer dans une telle aventure.

«Ça n'a pris qu'une fraction de seconde avant que je ne dise ''oui''», a-t-il raconté, visiblement enthousiaste.

Il faut dire que sa fille et lui-même ont été personnellement touchés par la fin tragique de Clément Ouimet, un cycliste d'à peine 18 ans ayant été happé par un véhicule, en octobre dernier, alors qu'il circulait sur la voie Camillien-Houde, à Montréal.

Le jeune homme était l'ami de coeur de Livia Martin.

«Après le décès de Clément, j'ai commencé à regarder autour de moi. Je voyais plus les cyclistes. Je constatais que c'était un peu tout le monde, des gens de tous les âges, parfois, des enfants», a observé Maxim Martin.

«Sa mort a changé ma vision des choses. Je ne conduis plus de la même manière qu'avant. Maintenant quand je dois ralentir parce qu'il y a un vélo devant moi, je vois ça comme une pause dans ma vie. Je peux respirer un peu plus et relaxer», a-t-il remarqué.

Il a enchaîné en soulignant qu'il espérait que le Tour du Silence inciterait les différents usagers de la route à se questionner par rapport à leurs comportements.

«Il faut que tout le monde fasse un effort», a-t-il plaidé.

«Après la tragédie [ayant coûté la vie] de Clément, j'ai souvent vu des cyclistes passer sur une lumière rouge, ne pas s'arrêter à un stop. Ce n'est pas seulement aux automobilistes de s'adapter. C'est une valse commune», a-t-il conclu.