NOUVELLES
11/05/2018 17:49 EDT | Actualisé 11/05/2018 17:49 EDT

Le gouvernement fédéral indemnise la communauté innue de Pessamit

La signature de deux accords de règlement représente la plus importante jamais conclue au Québec.

LARS HAGBERG via Getty Images

Le gouvernement fédéral verse plus de 30 millions $ en indemnités à la communauté innue de Pessamit, établie près de Baie-Comeau, pour des erreurs commises par la Couronne depuis 156 ans dans la gestion de la réserve.

La signature de deux accords de règlement, qui s'est déroulée vendredi après-midi, représente la plus importante jamais conclue au Québec, selon le gouvernement Trudeau.

Ces accords font suite à deux revendications particulières de la Première Nation.

Une première compensation de près de 21 millions $ est accordée pour la mauvaise gestion de différents baux dans l'exploitation forestière entre 1918 et 1967 et où les autorités avaient permis aux compagnies forestières d'exploiter le bois marchand de la réserve autochtone.

L'autre revendication porte sur la création de la réserve de Pessamit en 1861 alors que l'absence d'arpentage après une modification de la réserve a conduit à une diminution de sa superficie de plus de 30 kilomètres carrés, qui lui sont maintenant rendus avec une compensation de plus de 9,5 millions $.

La ministre des Relations Couronne-Autochtones et des Affaires du Nord, Carolyn Bennett, présente pour l'occasion, estime que l'événement représente une étape importante dans le processus de la réconciliation du Canada à l'égard des Premières Nations.

«Le chemin a été long avant de parvenir à un accord de règlement. Mais je suis heureuse que nous y soyons arrivés ensemble. Une injustice a été commise et aujourd'hui, nous la corrigeons», a déclaré Mme Bennett.

Le chef du Conseil des Innus de Pessamit, René Simon, s'est dit satisfait de l'entente, mais il a souligné que l'indemnisation monétaire ne compensera jamais les blessures et les frustrations du passé.

«Quelle punition reçoit le fautif? Aucune. On ne fait que lui ordonner de remettre ce qu'il a pris sans aucune mesure dissuasive», a-t-il déploré.

Pour remédier à cela, il suggère au gouvernement Trudeau de prononcer des excuses publiques.

(Collaboration Marc-André Hallé - CHLC FM Baie-Comeau)