NOUVELLES
10/05/2018 14:01 EDT | Actualisé 10/05/2018 14:01 EDT

SpaceX lance la «version finale» de sa fusée Falcon 9, qui pourrait tout changer pour Elon Musk

On pourrait même dire qu'il symbolise l'avenir de la start-up spatiale.

Gene Blevins / Reuters

C'est une grande première pour le Bangladesh. Ce jeudi 10 mai, à 22h12, le pays va lancer en orbite son premier satellite de communication, Bangabandhu-1. A la même heure, Elon Musk scrutera lui aussi le ciel. Il aura même les yeux rivés sur la trajectoire du petit satellite, qui ne l'intéresse pourtant pas plus que cela.

Le fondateur de SpaceX observera en réalité le vol de sa fusée Falcon 9, qui propulse justement Bangabandhu-1 en orbite. Ce n'est pourtant pas son premier vol. La fusée principale de la société a déjà volé plus de 50 fois depuis 2010. Elle est devenue célèbre quand Elon Musk a réussi pour la première fois à récupérer une partie de Falcon 9, puis à la réutiliser.

Mais ce vol est très particulier. On pourrait même dire qu'il symbolise l'avenir de la start-up spatiale, fondée 16 ans plus tôt. Ce sera en effet la première fois que la fusée emblématique de SpaceX est équipée du lanceur "Block 5", rappelle Le Figaro.

Selon Elon Musk, ce nouveau modèle n'est autre que la "mise à jour finale" de l'architecture de la fusée Falcon 9. Ce nouveau lanceur a été conçu pour être réutilisable un grand nombre de fois, à l'inverse des précédents. Ce devrait également être avec celui-ci que SpaceX enverra pour la première fois des êtres humains dans l'espace.

Des lanceurs récupérés... mais pas très rentables

Le lanceur, c'est la partie la plus basse et la plus coûteuse d'une fusée, où l'on trouve le carburant et les moteurs principaux. Celle qui permet aux plus de 500 tonnes de Falcon 9 d'ignorer la gravité terrestre. C'est aussi ce qui coûte le plus cher.

Dès les débuts de SpaceX, Elon Musk a donc cherché à récupérer ce matériel précieux, pour faire baisser les prix du vol. Car jusque-là, il fallait construire une nouvelle fusée à chaque lancement. Une aberration pour le milliardaire, qui cite souvent en comparaison l'aviation.

Après des essais en parachutes infructueux, la start-up se lance alors un pari fou en 2011: faire atterrir le lanceur de la Falcon 9, qui se concrétise en décembre 2015 pour la première fois. Depuis, une vingtaine de lanceurs ont été récupérés. Et même deux des trois équipant la Falcon Heavy, la fusée géante lancée en février par SpaceX.

Depuis, près d'une dizaine de lanceurs ont été réutilisés et sont repartis dans l'espace. Mais cela n'est pas vraiment rentable. Un lanceur actuel n'est pas réutilisé plus d'une fois. Et il faut des mois et de très nombreuses vérifications et modifications pour le réhabiliter.

Block 5, réutilisable 100 fois (ou au moins 10)

"Il est possible que ce soit plus coûteux pour eux aujourd'hui de remettre à neuf une fusée plutôt que d'en construire une nouvelle", affirme à The Verge Greg Autry, économiste spécialiste du domaine spatial.

Le nouveau lanceur Block 5 devrait changer cela grâce à une longue liste d'améliorations. Les petites ailettes utilisées pour se diriger en orbite sont maintenant faites de titane, très résistant. La peinture a été remplacée par un nouveau revêtement tout aussi robuste. Le bouclier thermique a été amélioré pour protéger les moteurs. Les structures autour de ceux-ci sont maintenant boulonnés et non plus soudés, afin de demander moins de travail pour y avoir accès.

Bref, tout est fait dans Block 5 pour que le lanceur puisse être réutilisé avec le minimum de modifications et de vérifications. Plus de 100 fois, affirme carrément Elon Musk. SpaceX est officiellement plus prudente, évoquant un lanceur "conçu pour supporter 10 vols ou plus avec des restaurations très limitées".

Greg Autry estime que si Block 5 est vraiment réutilisable une dizaine de fois, SpaceX pourrait gagner 10 à 15 millions de dollars par lancement. Pour l'instant, il faut débourser 62 millions de dollars pour se payer un vol de Falcon 9.

Un lanceur scruté par la Nasa

En dehors de cet avantage économique indéniable, Block 5 est également important car c'est grâce à lui que SpaceX espère envoyer pour la première fois en orbite un être humain. Mais pour cela, il est nécessaire que ce lanceur soit vraiment la version "finale".

En effet, SpaceX s'est lancé dans une course avec Boeing pour être la première société privée à transporter dans ses fusées des astronautes. La navette Crew Dragon devrait être testée en août sans passager, puis en décembre avec un premier équipage humain. Le tout propulsé par Block 5.

S'il n'y a pas de retard (ce qui est peu probable), dès 2019, les astronautes américains à destination de la Station spatiale internationale devraient prendre place dans une fusée SpaceX ou Boeing.

spacex

Mais pour transporter des Américains, la Nasa ne veut prendre aucun risque. L'agence spatiale américaine demande ainsi à SpaceX que son lanceur Block 5 réussisse sept vols sans aucun changement sur ses spécificités avant de daigner y faire grimper un astronaute.

Block 5 symbolise en quelque sorte deux des grands défis du rêve fou d'Elon Musk. Car avant de pouvoir envoyer l'Homme sur Mars, il faudra être déjà capable de l'envoyer en orbite. Et avant de rendre viable économiquement l'idée d'une colonie sur la planète rouge, son plan à long terme, il est nécessaire de réduire drastiquement le coût du voyage. En réutilisant les différentes pièces de la future fusée géante de SpaceX.

Ce texte a été publié originalement dans le HuffPost France.

À voir également: