NOUVELLES
10/05/2018 19:08 EDT | Actualisé 10/05/2018 19:08 EDT

ALÉNA: une semaine environ pour en arriver à une entente en 2018

Mme Freeland a pris part à une discussion avec des législateurs américains de premier plan à Washington.

La ministre fédérale des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, s'est fait expliquer en détail, jeudi, pourquoi il pourrait rester seulement quelques jours pour en arriver à une entente sur l'Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA) en 2018.

Mme Freeland a pris part à une discussion avec des législateurs américains de premier plan à Washington, dont le président de la Chambre des représentants, Paul Ryan, et le président du comité de la Chambre responsable des lois sur le commerce, Kevin Brady.

Ils ont fait part de leurs vues sur la loi dite de processus accéléré, qui établit les règles pour les votes sur les ententes commerciales.

La perception dominante à Washington est qu'il serait probablement impossible d'obtenir un vote cette année sur tout accord conclu après le 18 mai — ou dans les environs de cette date —, et que s'il n'y a pas de dénouement cette année, un nouveau Congrès examinerait la question après les élections de mi-mandat à l'automne.

Mme Freeland a dit être contente d'avoir obtenu l'avis de législateurs ayant effectivement participé à l'élaboration et à l'implantation de ces règles.

La ministre a soutenu que des avancées importantes avaient été réalisées cette semaine, et que les négociateurs se rapprochent d'un dénouement — bien que les discussions aient été principalement accaparées par le secteur automobile, laissant peu de place à des négociations difficiles sur d'autres dossiers prioritaires.

Sur le secteur automobile, le gouvernement canadien n'a présenté que des suggestions générales tout au long du processus, mais a aussi exprimé certaines inquiétudes sur des détails des propositions des États-Unis. Toutefois, le Canada est moins investi sur ce front que les États-Unis et le Mexique, en grande confrontation sur l'avenir de l'industrie.

Pour la deuxième fois cette semaine, Mme Freeland ne s'est pas entretenue en personne avec le représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer, jeudi, alors que celui-ci travaillait sur les divergences dans le secteur automobile avec son homologue mexicain.

Mme Freeland et M. Lighthizer ont plutôt discuté par téléphone.

Mme Freeland n'écartait pas encore la possibilité d'une entente dans les prochains jours. «Du travail très pertinent et productif est accompli cette semaine. Nous avons fait beaucoup de progrès depuis lundi», a-t-elle soutenu.

«Nous nous rapprochons certainement de l'objectif final», a-t-elle ajouté.