POLITIQUE
08/05/2018 11:12 EDT | Actualisé 08/05/2018 14:59 EDT

L’ex-ministre libérale Marguerite Blais se présentera pour la CAQ

Certains de ses anciens collègues l’accusent de jouer avec ses «valeurs».

LA PRESSE CANADIENNE

L'ancienne ministre libérale Marguerite Blais se présentera dans la circonscription de Prévost aux prochaines élections, mais au sein de l'équipe de la Coalition avenir Québec (CAQ). L'annonce officielle de sa candidature devrait avoir lieu dans les prochains jours.

Mme Blais a été élue députée du Parti libéral du Québec dans Saint-Henri-Sainte-Anne en 2007, puis réélue en 2008, en 2012 et en 2014. L'ex-premier ministre Jean Charest l'avait nommée ministre responsable des Aînés de 2007 à 2012.

Lorsque les libéraux ont repris le pouvoir en 2014, le premier ministre Philippe Couillard lui a préféré sa collègue Francine Charbonneau comme ministre des Aînés. Mme Blais a admis que le fait d'avoir été écartée du conseil des ministres avait pesé dans la balance, lorsqu'elle a décidé de quitter la politique en 2015. Elle venait également de perdre son mari, Jean-Guy Faucher.

LA PRESSE CANADIENNE
Marguerite Blais aux côtés de Dominique Anglade, lorsqu'elle s'est présentée comme candidate dans St-Henri-St-Anne, en septembre 2015. Mme Anglade a été présidente de la CAQ.

On est une coalition, donc accueillir des gens de différents horizons n'est pas un problème.François Bonnardel, leader parlementaire de la CAQ

Mme Blais a limité les entrevues après que la nouvelle soit sortie dans les médias. Même si officiellement, la CAQ ne confirme ni n'infirme qu'elle se présente sous sa bannière, c'est le parti qui avait pris le contrôle de ses demandes d'entrevue mardi.

Les députés caquistes ont été aussi très prudents devant les journalistes. Le leader parlementaire de la CAQ, François Bonnardel, a reconnu qu'elle était une «femme de terrain» et «très impliquée» dans son milieu.

Quelques minutes plus tôt, le chef du Parti québécois Jean-François Lisée disait qu'il était «intenable» que l'économiste de droite, Youri Chassin, et Mme Blais, qui est considérée plus à gauche, puissent travailler dans un même parti.

«Dans notre caucus, il y a des gens qui peuvent être un peu plus à gauche, centre-gauche, un peu plus au centre, centre-droit. On est une coalition, donc accueillir des gens de différents horizons n'est pas un problème», a répliqué M. Bonnardel.

Malaise chez les libéraux

Du côté de ses anciens collègues libéraux, plusieurs ont soutenu que ce changement de cap du PLQ vers la CAQ est un «choix» et qu'elle était libre de le faire. D'autres ont laissé échapper des critiques sur ce changement de «valeurs».

Si le premier ministre Couillard soutient qu'il est normal qu'un certain «transfert» ait lieu entre la CAQ et le PLQ – comme c'est le cas pour les ministres Dominique Anglade, Gaétan Barrette et Sébastien Proulx – il croit que Mme Blais devra s'expliquer sur ce passage inverse.

M. Couillard est d'avis qu'elle devra dire si elle soutient le «test de valeurs» que la CAQ veut faire passer aux nouveaux arrivants qui souhaitent devenir Québécois. Il est question de les expulser après trois ans s'ils échouent à ce test.

À elle de jouer avec ses valeurs, moi, je ne joue pas avec les miennes.Isabelle Melançon, ministre de l'Environnement

«C'est toujours étonnant de voir quelqu'un qui a défendu certains dossiers s'en aller dans un parti qui est très à droite. Il me semble qu'il y a une incompatibilité intellectuelle. Je vais lui laisser le soin d'expliquer sa décision», a ajouté le ministre de la Santé, Gaétan Barrette.

La ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, a laissé échapper qu'elle s'attendait à ce que Mme Blais passe plutôt chez Québec solidaire.

«À elle de jouer avec ses valeurs, moi, je ne joue pas avec les miennes», a répondu la ministre de l'Environnement, Isabelle Melançon. «Nous, nos valeurs, elles sont claires», a renchéri le premier ministre Couillard.

Mme Blais a tenu à répliquer à ces critiques dans une déclaration écrite : «Moi, mes valeurs concernant les aînés, les proches aidants et l'attention qu'on doit leur accorder n'ont jamais changé.»

📣 NOUVEAUTÉ
Vous ne voulez rien manquer de la campagne électorale à venir?
Cliquez ici pour devenir membre de notre groupe

«Québec 2018: les élections provinciales»!