NOUVELLES
08/05/2018 08:28 EDT | Actualisé 08/05/2018 08:28 EDT

Inconduite sexuelle: démission du procureur général de l'État de New York, Eric Schneiderman

Quatre femmes l'accusent d'avoir été violent lors de rencontres intimes.

Brendan McDermid / Reuters
Eric Schneiderman lors d'une conférence de presse à propos des poursuites civiles contre Harvey Weinstein, le 12 février 2018.

Le procureur général de l'État de New York, Eric Schneiderman, a annoncé sa démission tard lundi soir, après que quatre femmes l'eurent accusé d'avoir été violent à leur endroit lors de rencontres intimes.

M. Schneiderman se présentait souvent comme le champion des droits des femmes et comme un antidote libéral au président Donald Trump.

Cette démission représente une chute spectaculaire pour cette étoile démocrate qui avait promis d'utiliser son poste pour demander des comptes à ceux qui abusent de leur pouvoir.

M. Schneiderman a publié un communiqué tard lundi, disant que les allégations l'empêcheraient de mener à bien son travail, et qu'il quitterait ses fonctions à la fin de la journée, mardi.

Il a dit réfuter les allégations, ajoutant que les événements dont il serait question ne sont pas reliés à sa conduite professionnelle ou aux activités à son bureau.

Des femmes ont raconté au magazine The New Yorker avoir été giflées, étranglées, insultées et menacées par M. Schneider, sans leur consentement. Certaines l'ont décrit comme un grand buveur.

Les femmes auraient été agressées lors de rencontres intimes et la violence n'aurait pas été consensuelle.

Une des femmes qui a parlé au New Yorker, Tanya Selvaratnam, affirme que M. Schneiderman a commencé à lui dire qu'elle était son «esclave brune» quelques semaines après le début de leur relation. Mme Selvaratnam est d'origine sri-lankaise.

L'homme de 63 ans a affirmé qu'il avait pris part «à des jeux de rôle et à d'autres activités sexuelles consensuelles», mais qu'il n'avait jamais agressé personne.

À voir aussi sur le HuffPost Québec: