DIVERTISSEMENT
08/05/2018 05:59 EDT | Actualisé 08/05/2018 05:59 EDT

«Cette année-là» : souvenirs culturels avec Marc Labrèche et ses acolytes

Une parenté évidente unit cette nouvelle émission et «Y’a du monde à messe».

Télé-Québec

Télé-Québec s'est-elle inspirée de la formule gagnante de son rendez-vous à succès Y'a du monde à messe pour élaborer le concept de Cette année-là, sa nouvelle émission culturelle qui prendra l'antenne dès l'automne, avec l'illustre Marc Labrèche comme principal maître à bord?

Chose certaine, en consultant les grandes lignes de cette proposition au premier coup d'œil fort attrayante, orchestrée par la maison de production Avanti, on constate qu'une parenté évidente unit Cette année-là et Y'a du monde à messe.

Alors que la tribune estivale de Christian Bégin tend à nous faire découvrir, au gré des entrevues, un thème général qui concerne tous les convives autour de la table, sur le grand plateau de Marc Labrèche, les discussions porteront sur une année en particulier, et on s'entourera d'invités qui ont un lien avec cette année à l'honneur.

Trois collaborateurs épauleront Marc Labrèche chaque semaine dans les différents échanges, soit la chroniqueuse culturelle Émilie Perreault, l'auteur Simon Boulerice et le commentateur Fred Savard.

Comme le titre l'indique, Cette année-là effectuera le survol d'une année choisie. On revisitera les classiques de l'époque, en les mettant en relief avec les tendances culturelles d'aujourd'hui, pour constater (ou pas?) que, souvent, plus ça change, plus c'est pareil. On fera jaillir des souvenirs au cours de conversations qu'on espère animées, et à travers lesquelles on s'intéressera aussi aux courants politiques et sociaux d'hier et de maintenant. Qu'est-ce qui a changé, comment, et pour le meilleur ou pour le pire? Les repères du passé sont-ils également ceux du présent? Ces sympathiques éphémérides se voudront «rassembleuses, décomplexées et agréables», a-t-on spécifié.

Télé-Québec a vanté, en dévoilant les bases de Cette année-là, lundi, le grand bagage culturel de Marc Labrèche, son homme de confiance pour ce qui s'avérera sans doute l'un des gros canons de sa programmation à venir. De fait, Labrèche a joué autant au théâtre qu'au cinéma et à la télévision, dans le drame comme dans la comédie, et se promène allègrement des productions de Robert Lepage (Les aiguilles et l'opium) à la folie des émissions jeunesse (il prête actuellement sa voix à Néo, l'attachant cochon d'Inde de Cochon Dingue, aussi à Télé-Québec).

La prochaine année s'annonce très chargée pour Marc Labrèche, qui sera également de la distribution de Léo, nouvelle série de Club illico, en ligne à la fin 2018, et qui s'adonnera à un nouveau tour de piste d'Info, Sexe et mensonges, pour une troisième saison, au printemps 2019, à Radio-Canada. Son agenda chargé ne lui permettra toutefois peut-être pas de prendre part au Bye Bye 2018, comme on l'apprenait le mois dernier, mais cette information demeure à confirmer.

Les nouveautés de la semaine sur Netflix Canada