DIVERTISSEMENT
07/05/2018 11:44 EDT | Actualisé 07/05/2018 13:18 EDT

Un bilan décennal fort positif pour Montréal, métropole culturelle

Un nouveau «Rendez-vous» prévu en 2019 pour préparer la nouvelle ronde d’investissements.

Facebook/Osheaga

L'organisme Montréal, métropole culturelle dresse un bilan fort positif de son plan d'action 2007-2017. Dix ans plus tard, Montréal souligne l'important chemin parcouru.

Montréal était une ville bien différente en 2007. Le Quartier des spectacles n'avait pas encore connu son effervescence actuelle. La Maison symphonique n'avait pas encore ouvert ses portes et les grands festivals extérieurs comme Osheaga et Heavy Mtl commençaient à peine à prendre leur envol.

«L'effervescence culturelle montréalaise se maintient et fait des envieux. Nous la devons à la mobilisation de tous les partenaires qui ont travaillé de façon exemplaire et solidaire pour rendre concret le Plan d'action 2007-2017», affirme la mairesse Valérie Plante.

L'offre explose, mais la demande stagne

Parmi les nombreux projets financés notamment grâce à ce plan d'action, on note l'ajout d'immenses oeuvres d'art public sur le site de l'ancien autoroute Bonaventure, la rénovation et la création de bibliothèques et la multiplication des espaces de création et de diffusion.

Selon Liza Frulla, ex-ministre et présidente de Culture Montréal, ces espaces de diffusion sont essentiels au maintien de la vie culturelle.

«Que Montréal ait des sites culturels, des sites de savoir, des endroits pour la diffusion culturelle au niveau international, pour moi ces investissements ne peuvent même pas être questionnés. La culture, c'est 6% de l'apport économique d'une ville», dit-elle, citant des chiffres de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM) sur la part de la culture dans le produit intérieur brut de Montréal.

Le foisonnement de la culture dans la métropole fait peu de doutes dans le milieu. Certains chiffres, comme le développement immobilier dans le Quartier des spectacles ou encore les chiffres records dans l'industrie touristique, sont éloquents. Mais la vente de billets en salle stagne, malgré les investissements.

Selon Mme Frulla, il ne faut pas oublier les nombreux spectacles gratuits. L'an dernier, le Festival international de Jazz a fracassé des records et dépassé la Formule 1 comme étant l'événement qui génère le plus de retombées économiques pour la métropole.

Christine Gosselin, responsable de la culture au comité exécutif de la Ville, affirme que les salles montréalaises n'ont pas de difficulté à se remplir. Mais les investissements sont nécessaires pour maintenir une qualité supérieure.

«La production de spectacles coûte de plus en plus cher et la valeur du billet ne couvre jamais toutes les dépenses», souligne-t-elle.

Elle ajoute toutefois que l'offre culturelle à Montréal est beaucoup trop grande pour le marché local et nécessite un fort développement touristique.

«Tourisme Montréal travaille très fort pour qu'il n'y ait pas de ressac après le 375e anniversaire», souligne-t-elle.

Un nouveau plan pour 2027

La mairesse a profité du bilan décennal pour annoncer qu'un nouveau «Rendez-vous Montréal, métropole culturelle» aura lieu en 2019. Le premier rendez-vous a lancé le bal en 2007 et le second, tenu en 2012, a permis de renouveler les engagements de la Ville et du gouvernement du Québec.

Selon Michel Leblanc, président-directeur général de la CCMM, la Ville, le gouvernement et les différents acteurs du milieu culturel doivent d'ores et déjà se préparer pour cette grand-messe.

«En 2007, on s'est pris d'avance. En 2019, il sera important d'arriver avec des projets déjà ficelés. Il y aura une élection en 2018, mais Montréal sait déjà où elle s'en va», dit-il.

Liza Frulla a déjà annoncé son désir de rehausser la réputation du mont Royal comme attrait touristique. Elle a mal digéré le fait que le Canada ne retienne pas la montagne parmi les sites envoyés comme candidats pour le patrimoine mondial de l'UNESCO.

«Le mont Royal n'est pas que local. Il est aussi un parc d'envergure internationale», lance-t-elle.

Questionnée à ce sujet, la mairesse Valérie Plante n'a pas dévoilé ses priorités pour le deuxième plan d'action de Montréal, métropole culturelle.

L'an dernier, la Ville a adopté une nouvelle politique de développement culturel qui met l'accent sur le numérique et la diversité.