POLITIQUE
07/05/2018 14:26 EDT | Actualisé 07/05/2018 15:46 EDT

Tout le monde en parle: Andrew Scheer révèle avoir déjà fumé de la marijuana

Il faut que jeunesse se passe!

Radio-Canada/Karine Dufour

Andrew Scheer est en pleine opération séduction au Québec en prévision des élections fédérales de 2019.

Le chef du parti conservateur était l'un des invités de Tout le monde en parle, dimanche. L'entrevue a permis d'en apprendre un peu plus sur le député de Regina—Qu'Appelle et sur les positions que son parti compte défendre jusqu'à la prochaine élection.

Le père de cinq enfants a entre autres dévoilé qu'il a déjà fumé de la marijuana. Oui, vous avez bien lu.

L'animateur Guy A. Lepage a tout d'abord amené le sujet de la légalisation du cannabis en demandant à la blague si M. Scheer allait célébrer cela en fumant un joint. Le fou du roi Dany Turcotte a ensuite demandé à Scheer s'il avait déjà fumé. Après un moment où on a senti Scheer un peu mal à l'aise, ce dernier a offert cette réponse:

«J'espère que mon père ne regarde pas ce programme, mais oui, quand j'étais jeune», a-t-il affirmé après que le maire de Québec, Régis Labeaume, qui était aussi l'un des invités, lui eut conseillé de mentir sur la question.

En 2018, il n'est pas rare d'apprendre qu'une personne ait déjà consommé de la marijuana, mais disons qu'on ne s'attendait pas à ce que celui qui s'est déjà prononcé contre l'avortement et le mariage entre conjoints de même sexe l'affirme publiquement.

Scheer, qui a 38 ans, s'est exprimé dans un bon français durant l'émission et semble de plus en plus à l'aise devant les caméras.

Il a même réussi à placer quelques petites blagues comme le fait que c'est maintenant «le tour de notre génération parce que nous avons un premier ministre tellement âgé» en parlant du fait qu'il est «bien plus jeune» que Justin Trudeau qui est âgé de 44 ans.

Radio-Canada/Karine Dufour

La mention de Maxime Bernier a aussi donné lieu à un autre moment fort de l'entrevue. Ce dernier avait accusé Andrew Scheer d'avoir gagné grâce aux votes de «faux conservateurs» qui avaient joint le parti simplement parce qu'il était pour la gestion de l'offre dans le milieu de l'agriculture.

Maxime Bernier aura-t-il un poste important si les conservateurs sont portés au pouvoir? «Je peux vous assurer que Maxime ne sera jamais mon ministre de l'Agriculture», a-t-il répondu, ce qui a fait éclater de rire tout le plateau.

Dany Turcotte a évidemment remis une carte à Andrew Scheer à la conclusion de l'entrevue. Aux couleurs du drapeau de la fierté gai, la carte du fou du roi de TLMEP invitait le chef des conservateurs au défilé de la fierté gai qui aura lieu au mois d'août à Montréal.

Ce que Andrew Scheer a dit sur...

- L'abolition du registre des armes à feu: «Nous sommes d'accord avec un système rigoureux pour les permis avec des vérifications sur les antécédents. [...] Ce n'est pas une question de chacune des armes à feu, c'est une question des personnes qui veulent avoir des armes à feu. [...] Le projet de loi libéral, il n'y a aucune mention des gangs de rue et des armes illégales. Ce n'est pas respectueux d'ajuster les nouvelles lois pour des chasseurs qui suivent les lois. C'est plus difficile d'attaquer les vrais criminels.»

- Taxe Netflix: Il n'a pas osé de réponse. «Nous n'aimons pas les nouvelles taxes. Il y a une différence entre une nouvelle taxe et une nouvelle application d'une taxe existante. Je suis dans une période de ma chefferie où on travaille sur la plateforme électorale. [...] Quand notre plateforme sera prête, je serai prêt à la défendre.»

- La crise au Bloc québécois: «Mon message, c'est que les gens qui veulent avoir une voix forte à Ottawa pour protéger l'intérêt du Québec, regardez vers notre parti. C'est notre parti qui respecte les champs de compétence des provinces, qui cherche des façons d'envoyer les pouvoirs et le contrôle sur les programmes aux provinces.»

- Les migrants illégaux: «Ce n'est pas juste pour les immigrants qui ont attendu leur tour pour rentrer au Canada. Il y a des familles qui doivent attendre plus longtemps parce que des gens se présentent aux frontières illégalement. [...] Si nous n'avons pas un système basé sur les règles, on permet à des gens d'éviter la ligne, de passer en avant de ceux qui attendent leur tour. Ce n'est pas juste aussi pour les réfugiés dans des endroits tellement dangereux. Les gens qui viennent de New York ne quittent pas la persécution.»

- L'énergie: Il croit que le Canada peut être indépendant sur le plan énergétique. «Les Canadiens n'aiment pas qu'on importe l'énergie des autres pays. On peut être autosuffisant, partout au Canada.»

Galerie photo«Tout le monde en parle», les invités du 6 mai 2018 Voyez les images