BIEN-ÊTRE
06/05/2018 15:46 EDT | Actualisé 06/05/2018 17:06 EDT

5 choses que les non-buveurs souhaitent que les buveurs comprennent

Gardez tout ça à l'esprit la prochaine fois que vous sortez.

Les règles de la consommation d'alcool sont bien établies, mais la façon de se comporter avec des non-buveurs est rarement discutée.

Les non-buveurs veulent être entendus. Le HuffPost américain a demandé à ses lecteurs ce qu'ils voulaient que les autres sachent à leur sujet. Voici ce qu'ils avaient à dire.

1. Séparer la facture est rarement équitable pour ceux qui ne boivent pas

Les boissons alcoolisées peuvent rapidement constituer une bonne partie de la facture. Qui n'a jamais été dans un grand groupe et quand la facture est arrivée, quelqu'un a suggéré de simplement la diviser.

Peu de gens sont à l'aise d'être les seuls à lever la main pour protester.

«Je me sens extrêmement mal à l'aise et je trouve injuste de devoir payer cette part de la facture», a déclaré Leila Mostafavi.

2. Les non-consommateurs ont aussi besoin de soutien

Beaucoup de personnes sobres ou qui participent au mois sans alcool ne désirent pas devenir une curiosité. Un peu de sensibilité serait bien, ont-ils dit.

Diane Williams McMullen, qui a été sobre pendant plus de 32 ans, a expliqué qu'elle ne devrait pas avoir à expliquer pourquoi elle ne boit pas. Lorsqu'elle est pressée, elle essaie d'utiliser l'humour et dit qu'elle est «allergique à l'alcool».

Selon une étude réalisée en 2014 à l'Université d'État de Caroline du Nord, les non-buveurs estimaient qu'ils devaient utiliser différentes stratégies pour participer à des événements sociaux sans se sentir gênés.

3. Ils n'aiment pas se faire harceler pour boire

«Les gens qui boivent sont obsédés par les habitudes des non-buveurs. Cela devient l'objet de plusieurs conversations», a déclaré Reem Baroody, une lectrice.

Eh oui, une pression est exercée sur les non-buveurs pour qu'ils consomment.

Julie Wallach, sobre depuis 30 ans, a raconté qu'elle ne compte plus les fois où les gens lui ont dit de prendre un verre, qu'elle était sobre depuis assez longtemps. «C'est vrai ... Mais quand je bois, je deviens violente et je pleure de façon incontrôlable. Crois-moi, tu ne veux pas que je boive.»

4. Les non-buveurs ne sont pas là pour prendre soin de vous

Les buveurs ne devraient pas assumer que la responsabilité de leur sécurité en état d'ébriété incombe à leur ami sobre.

Janet Paul Eiser a déclaré que ceux qui ne boivent pas sont souvent traités comme des gardiens. Et plusieurs lecteurs ont mentionné que, bien qu'ils soient heureux d'être le conducteur désigné, ils sont moins heureux d'attendre que la soirée se termine au petit matin pour jouer au chauffeur de taxi.

5. Les non-buveurs ont besoin d'alternatives plus attrayantes à l'alcool dans les restaurants et les fêtes

Plusieurs lecteurs ont insisté sur le fait que les restaurants devraient offrir des options sans alcool outre des boissons gazeuses, du thé glacé, du café ou de l'eau.

Annelies de Bruijn a été à des soupers chez des amis où on lui a offert seulement des options alcoolisées. «Je me suis retrouvé avec de l'eau du robinet et un hôte confus», a-t-elle raconté.

Mais au moins, elle est toujours invitée à des fêtes.

«Je sais que je suis exclue de certaines fêtes parce que je ne bois pas et d'une certaine manière cela rend les autres mal à l'aise», a déclaré Lori Turner.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost États-Unis a été traduit de l'anglais.