NOUVELLES
05/05/2018 13:02 EDT | Actualisé 05/05/2018 13:02 EDT

Donald Trump compare un hôpital de Londres à une zone de guerre

Donald Trump doit se rendre au Royaume-Uni en juillet.

Zach Gibson via Getty Images

Des médecins et des politiciens britanniques sont en colère contre le président des États-Unis, Donald Trump, qui a comparé un hôpital de Londres à une zone de guerre en raison des crimes commis à l'arme blanche.

Le docteur Martin Griffiths, chirurgien au Royal London Hospital, a interpellé le président américain sur son compte Twitter en disant qu'il serait «heureux d'inviter M. Trump» à visiter l'hôpital et à rencontrer le maire, ainsi que le chef de police de Londres, pour lui expliquer comment la ville est parvenue à réduire le taux de crimes violents.

Un collègue, qui est aussi chirurgien à l'hôpital de Londres, le docteur Karim Brohi, a écrit à son tour que de «laisser entendre que les armes à feu feraient partie de la solution est ridicule».

Vendredi, lors du congrès annuel du lobby des armes à feu, la National Rifle Association, à Dallas, Donald Trump a déclaré que malgré les lois sévères contre les armes à feu au Royaume-Uni, un hôpital de Londres avait «du sang partout sur les planchers» en raison des blessures par arme blanche.

En citant les exemples des attentats de Londres et Paris, M. Trump avait laissé entendre qu'il fallait armer plus de gens pour contrer ces attaques.

L'élue du Parti travailliste britannique Sarah Jones a qualifié ce discours de honteux.

«Les crimes à l'arme blanche au Royaume-Uni n'ont rien de comparable à vos nombres de décès par arme à feu disproportionnés», a-t-elle ajouté.

Donald Trump doit se rendre au Royaume-Uni en juillet.

À voir aussi: