DIVERTISSEMENT
04/05/2018 08:08 EDT | Actualisé 04/05/2018 08:08 EDT

Coeur de Pirate prête à tourner la page sur des années difficiles

«J'étais heureuse et les gens m'ont démolie à cause de cela...»

Lorsque Coeur de Pirate a annoncé qu'elle était queer il y a deux ans, elle s'est rapidement rappelé les périls inhérents à la vie publique.

Entre les messages méchants publiés en ligne et les articles teintés de préjugés, la musicienne a vu ce qui se voulait au départ un témoignage de solidarité envers les communautés LGBTQ virer au cauchemar.

Mais l'artiste, dont le vrai nom est Béatrice Martin, ne regrette pas d'avoir fait cette révélation dans la foulée de la tuerie survenue au bar Pulse, à Orlando. Ses seuls regrets sont pour les émotions négatives que certains lui ont jetées au visage.

«Certaines personnes ne ressentent pas le besoin de le faire, mais moi, je le ressentais vraiment», explique l'auteure-compositrice-interprète de 28 ans, qui lancera un nouvel album le 1er juin.

«Mais les gens ont vraiment profité de la situation», ajoute-t-elle.

Coeur de Pirate a aussi mis les choses au clair, disant que si elle s'est d'abord désignée comme queer, elle se considère plus précisément comme pansexuelle, ce qui signifie que son attirance n'est pas limitée par le sexe ou l'identité de genre.

Sa relation, maintenant terminée, avec Laura Jane Grace, la chanteuse transgenre du groupe punk Against Me! a fait les manchettes des journaux à potins et braqué les projecteurs sur le duo.

«C'était horrible», s'exclame-t-elle.

«Je voulais montrer que j'étais une personne ouverte, et je le suis vraiment. J'étais heureuse et les gens m'ont démolie à cause de cela, ce qui prouve que nous avons encore beaucoup de chemin à faire. Mais ç'a été difficile.»

Sur son nouveau disque, «En cas de tempête, ce jardin sera fermé», Coeur de Pirate fait la paix avec le tumulte des dernières années, qui comprend la séparation avec son mari et un sérieux épisode du syndrome de la page blanche.

Elle a atteint le point critique l'été dernier au terme d'une très longue tournée des festivals dont elle est revenue épuisée.

«Je n'ai pas fait attention à moi», reconnaît-elle.

«J'ai été souvent malade, j'étais très fatiguée et j'ai décidé de produire le spectacle moi-même, alors les responsabilités financières étaient immenses.»

De retour à la maison, elle était exténuée et incapable de se concentrer sur l'écriture de nouvelles chansons. C'est à ce moment qu'elle s'est tournée vers le vin.

«Boire beaucoup, tout le temps une ambiance estivale, juste se noyer dans le rosé», commente-t-elle.

«Je voulais m'engourdir pour oublier tout ce qui m'était arrivé durant les dernières années.»

Coeur de Pirate souligne qu'elle n'était pas une alcoolique dans le sens médical du terme, mais qu'après avoir avalé assez de vin, elle a commencé à réaliser qu'elle avait un problème.

«Je me suis dit : ''OK, je dois arrêter de boire. Peut-être que ça va m'aider.'' Et ça m'a aidée, vraiment.»

«Tout est revenu. Les émotions que j'avais réprimées, toutes les expériences, tout. J'ai réalisé qu'il s'était passé beaucoup de choses dont je n'avais pas parlé.»

Son nouvel album revisite «chaque expérience traumatisante» qu'elle a négligée.

Le premier titre, «Somnambule», raconte ce que ça fait d'être dans une relation qui inspire des sentiments contradictoires et où le lien amoureux se désagrège lentement, alors que «Combustible» explore la fragilité d'un amour avec un «être brisé».

La chanteuse, qui est mère d'une petite fille, dit avoir hâte de lancer son nouvel opus et peut-être de prendre ses distances avec le processus ayant mené à la création de ces pièces.

«Ce qui est bien, c'est que ces chansons, qui m'appartiennent pour le moment, seront bientôt à tout le monde», conclut-elle.

À voir également :