BIEN-ÊTRE
02/05/2018 20:52 EDT | Actualisé 02/05/2018 20:56 EDT

La coiffure de cette Barbie noire suscite une vague d'indignation

«On dirait qu'ils ont voulu adapter tous les styles de cheveux noirs sur une seule tête.»

Plus grande, plus ronde ou plus petite. Depuis plusieurs années, la plus célèbre des poupées américaines a connu quelques transformations physiques. L'idée? Représenter de manière plus juste la diversité des corps féminins. Cependant, en termes de coiffures, Barbie a encore quelques progrès à faire. Celle de l'un des jouets de l'entreprise Mattel, mis en scène sur le compte Instagram "Barbie Style" le 28 avril dernier dans le cadre de la promotion d'un documentaire, en a laissé plus d'un perplexe.

"Toutes les personnes impliquées là-dedans devraient être virées", peut-on lire en commentaire du cliché, dans lequel apparaissent trois poupées. Assises côte à côte sur un canapé rouge, elles s'apprêtent à regarder le documentaire "Tiny Shoulders: Rethinking Barbie" sur leur ordinateur. Deux des Barbie sont blanches, les cheveux blond et châtain, coiffées d'une classique queue de cheval. Jusque là, pas de grand changement.

C'est le style de la troisième, à droite, qui a retenu l'attention des internautes. Elle est noire. Une partie de son crâne est coiffée de "cornrows", aussi appelées "nattes couchées". Le reste de ses cheveux tissés ont été bouclés et teints en blond.

En comparaison aux deux premières, c'est la seule à ne pas avoir les cheveux attachés. Sur les réseaux sociaux, les utilisateurs trouvent sa coiffure négligée par rapport aux autres. Elle leur donne l'impression de ne pas avoir été correctement terminée. On pointe du doigt un traitement de faveur différent.

"Pourquoi est-ce que cette Barbie n'est pas vendue avec ses cheveux tissés?"

"Est-ce qu'ils ne pouvaient pas juste lui faire un simple carré?"

"Lol Barbie... En fait, c'est juste embarrassant. On dirait qu'ils ont voulu adapter tous les styles de cheveux noirs sur une seule tête. Les cornrows, le tissage teint, les mèches ondulantes. Pourquoi? Pourquoi? Pourquoi? Posez la question à une personne noire, elle vous expliquera, histoire que vous ne le refaites plus jamais."

Sur Instagram, la chanteuse américaine et participante de la télé-réalité "Real Housewives of Atlanta", Kandi Burruss, s'est, elle, amusée de la ressemblance entre la coiffure de la poupée et la sienne. "J'ai vu des gens bouillir de colère au sujet de la photo de Barbie, aujourd'hui. J'ai tellement ri parce que j'avais la même coiffure avant", a-t-elle écrit en légende du montage qu'elle a partagé, ce dimanche 29 avril.

Face aux critiques, l'entreprise Mattel a tenu à répondre, dans un communiqué adressé au magazine Teen Vogue. Elle n'a pas l'intention de revenir dessus. "Le compte @barbiestyle dépeint le quotidien de Barbie et met en scène des poupées avec une variété de styles, y compris en termes de carnations de peau, de coiffure et de vêtements, peut-on lire en réponse. Depuis près de soixante ans, Barbie a été le terrain à des conversations culturelles. Nous sommes fiers de commercialiser une gamme de poupée la plus diversifiée sur le marché, où les consommateurs peuvent trouver un modèle qui leur ressemble. [...]"

Cependant, ce n'est pas la première fois qu'une polémique de ce genre éclate au sujet d'une poupée Barbie. Au mois de mars, à l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes, un modèle à l'effigie de l'artiste mexicaine Frida Kahlo avait également fait l'objet d'une controverse. Ses constructeurs avaient omis l'un des traits physiques de la peintre, à savoir son mono-sourcil.

En 2013, la photo d'une Barbie noire aux cheveux lisses blond platine, vêtue d'un décolleté plongeant et un sac à main Louis Vuitton dans la main avait fait un tollé, poussant Mattel à expliquer qu'elle n'était ni fabriquée, ni vendue par l'entreprise. En parallèle, une mère de famille américaine avait lancé une pétition pour se plaindre du manque de visibilité des poupées noires sur les produits dérivés.

Ce texte a été publié originalement dans le HuffPost France.