NOUVELLES
02/05/2018 14:56 EDT | Actualisé 02/05/2018 16:30 EDT

Cambridge Analytica déclare faillite et cesse «immédiatement toutes ses opérations»

L'entreprise est au coeur du scandale sur les données d'utilisateurs de Facebook.

Chris J Ratcliffe via Getty Images

Cambridge Analytica, la firme au centre du scandale du détournement des données personnelles de Facebook, annonce qu'elle déclare faillite et met fin à ses activités.

Dans une déclaration rendue publique mercredi, Cambridge Analytica affirme avoir été "diffamée" pour ses actions, qu'elle estime être à la fois légales et largement acceptées dans le milieu de la publicité en ligne. La firme britannique affirme que la réaction négative des médias a effrayé ses clients et fournisseurs, ce qui la force maintenant à fermer ses portes.

La firme a été liée à la campagne présidentielle de Donald Trump en 2016. Elle avait suspendu en avril son chef de la direction, Alexander Tayler, alors que certaines enquêtes étaient menées.

Cambridge Analytica a recueilli de l'information auprès du réseau social Facebook pour construire les profils psychologiques d'une grande partie de l'électorat américain. La société a été capable d'amasser rapidement une banque de données avec l'aide d'une application qui se présentait comme un test de personnalité ludique. L'application a recueilli les données personnelles de dizaines de millions de personnes et de leurs amis Facebook, même si ces derniers n'avaient pas téléchargé l'application eux-mêmes.

Facebook a depuis resserré les paramètres liés à la protection de la vie privée. Cambridge a nié avoir mal agi et l'équipe de campagne de M. Trump a dit ne pas avoir utilisé les données de la firme.

Cambridge Analytica a déclaré s'être engagée à collaborer à l'enquête britannique au sujet de Facebook et de la façon dont le réseau social utilise les données de ses utilisateurs. Mais la commissaire britannique à l'information, Elizabeth Denham, a indiqué en mars que Cambridge Analytica n'avait pas respecté un échéancier pour fournir certaines informations qui lui étaient demandées.

Selon Mme Denham, la principale allégation contre Cambridge Analytica est d'avoir acquis des données personnelles de façon non autorisée. Elle a ajouté que la loi britannique sur la collecte de données oblige les services comme ceux de Facebook à mettre en place de solides mesures de sécurité pour empêcher que les données soient utilisées de façon malveillante.

À voir également: