POLITIQUE
01/05/2018 14:51 EDT | Actualisé 01/05/2018 14:51 EDT

Le nombre de requêtes en arrêt des procédures ne cesse d'augmenter

Il y en a eu 1060 de plus en 2017-2018 qu'en 2016-2017.

Getty Images

Le nombre de requêtes en arrêt des procédures au Québec a explosé en un an, a révélé le Parti québécois (PQ), mardi.

Il dénombre 1060 requêtes de type Jordan de plus en 2017-2018 par rapport à 2016-2017, une augmentation «inquiétante», selon la vice-chef du PQ, Véronique Hivon.

Elle précise que ce ne sont pas toutes de nouvelles requêtes et qu'il y a plutôt un «effet cascade» d'une année à l'autre.

De plus, le nombre de nolle prosequi, ou d'arrêts des procédures demandés par la poursuite, est passé de 134 à 327 durant cette même période.

La directrice des poursuites criminelles et pénales (DPCP), Annick Murphy, a corroboré les chiffres du PQ lors de l'étude des crédits budgétaires du ministère de la Justice, mardi.

Elle a ventilé les nolle prosequi, en précisant que les causes suivantes ont été abandonnées par le DPCP:

-202 causes en matière de capacités affaiblies;

-36 en matière de crimes contre la personne, dont voies de fait armées, agression et exploitation sexuelle, introduction par infraction;

-26 en matière de fraudes;

-21 en matière de drogues;

-des vols simples, de l'extorsion, de la possession d'armes à feu et de la conduite dangereuse.

Mme Murphy a indiqué que l'arrêt des procédures a été demandé par le DPCP dans ces causes, car il savait qu'elles allaient être arrêtées par le tribunal.