NOUVELLES
01/05/2018 08:57 EDT | Actualisé 01/05/2018 08:58 EDT

Donald Trump s'indigne de fuites dans l'enquête sur l'affaire russe

Il dénonce encore une fois une «chasse aux sorcières».

Kevin Lamarque / Reuters

Donald Trump a jugé mardi "scandaleux" que les questions que souhaite lui poser le procureur spécial chargé de l'enquête sur une éventuelle collusion entre son équipe de campagne et la Russie aient été "divulguées" par le New York Times.

"Vous avez un crime inventé, bidon, la Collusion, qui n'a jamais existé et une enquête qui a commencé avec une fuite illégale d'informations confidentielles. Sympa!", a critiqué le président américain dans un tweet matinal.

Lundi soir, le New York Times a publié les dizaines de questions que Robert Mueller, procureur spécial, souhaiterait poser à M. Trump.

La teneur des questions transmises à la Maison Blanche semble indiquer que l'équipe de Robert Mueller s'intéresse à une potentielle entrave à la justice de la part du dirigeant américain.

"Il semblerait très difficile d'entraver la justice pour un crime qui n'a jamais eu lieu! Chasse aux sorcières!", a tonné M. Trump dans un second tweet.

Les questions, révélées lundi soir, peuvent être divisées en plusieurs volets: sur Michael Flynn, l'ancien conseiller à la sécurité nationale, sur le renvoi de James Comey, alors directeur de la police fédérale américaine (FBI), sur Jeff Sessions, le ministre de la justice qui s'était récusé de l'enquête russe, ou encore sur des évènements interrogeant sur une potentielle collusion entre son équipe de campagne et Moscou.

"Quand avez-vous pris connaissance de la réunion à la Trump Tower ?", en juin 2016 entre les membres de l'équipe de campagne de Donald Trump et une avocate russe, interroge par exemple l'une d'elles.

"Après les démissions, quels efforts ont été déployés pour contacter M. Flynn à propos d'une recherche d'immunité ou d'une amnistie possible", sollicite une autre.

Selon l'ex chef du FBI, James Comey, le président américain lui a demandé d'abandonner une enquête sur son ancien conseiller à la sécurité nationale, forcé à la démission.

Mais ces questions n'indiquent pas que Donald Trump est considéré comme suspect dans cette enquête du procureur spécial.

Selon les avocats du président, Robert Mueller a envisagé depuis plusieurs mois d'interroger Donald Trump dans le cadre de ses investigations sur les interférences russes sur la campagne américaine de 2016.

Il y a deux semaines, le locataire de la Maison Blanche a recruté un nouvel avocat, l'ex-maire de New York Rudy Giuliani.

"Je fais ça parce que j'espère que nous pouvons négocier un règlement qui soit bon pour le pays et parce que j'ai beaucoup de respect pour le président et pour Robert Mueller", avait indiqué M. Giuliani au Washington Post, au moment de sa nomination.