POLITIQUE
29/04/2018 11:52 EDT | Actualisé 29/04/2018 13:51 EDT

Sonia LeBel confirme qu'elle se présentera pour la CAQ dans Champlain

Elle en a fait l'annonce dimanche matin, aux côtés du chef de la CAQ, François Legault.

PC/Graham Hughes

L'ancienne procureure en chef de la Commission Charbonneau, Sonia LeBel, s'est lancée officiellement dans l'arène politique, dimanche matin, en annonçant qu'elle tentera de se faire élire, en octobre prochain, sous la bannière de la Coalition avenir Québec (CAQ) dans la région de la Mauricie.

"Je suis venue en politique entre autres pour m'assurer qu'on n'oublie pas les leçons tirées de la Commission Charbonneau et qu'on gardera toujours l'oeil ouvert", a-t-elle déclaré en conférence de presse dimanche matin, aux côtés du chef de la CAQ, François Legault.

Si elle est élue, Sonia LeBel entend aussi se battre pour que "les victimes et les citoyens soient au coeur du système de justice".

"Une justice qui doit être accessible, une justice qui doit être abordable, mais d'abord et avant tout une justice qui doit être efficace", a-t-elle soutenu.

Mme LeBel, qui était conseillère du chef caquiste, a choisi de se porter candidate pour pousser plus loin son implication. "Je sentais que mon travail était utile à tous les niveaux, mais ça me démangeait de faire un peu plus et d'aller un peu plus loin", a-t-elle confié en entrevue téléphonique.

Mme LeBel dit qu'elle n'a pas eu de "promesse particulière" quant à un poste au sein d'un éventuel cabinet de M. Legault, mais elle a reconnu qu'elle "ne serait pas surprise" de s'y retrouver.

La candidate habite en banlieue sud de Montréal, mais elle a plutôt décidé de se présenter dans la circonscription de Champlain, en Mauricie, où elle a des "attaches", a-t-elle assuré.

"J'ai de la famille ici, à Trois-Rivières, au Cap-de-la-Madeleine, dans le comté de Champlain. J'ai beaucoup d'amis aussi qui sont dans le coin. C'est une région, avant même mon arrivée à la CAQ, que je fréquentais déjà dans ma vie personnelle", a-t-elle expliqué en entrevue téléphonique après son annonce.

Un claquement de doigts

Mme LeBel, une avocate depuis plus de 25 ans, s'est fait connaître du grand public pour son rôle central au sein de la Commission Charbonneau. Elle questionnait avec insistance les témoins et n'hésitait pas à les confronter.

Elle s'était d'ailleurs fait critiquer lorsqu'elle avait claqué des doigts pour rappeler à l'ordre l'ex-président de la FTQ, Michel Arsenault.

"C'est probablement ce qui a frappé l'imaginaire des gens, ça, je l'accepte parfaitement", a-t-elle indiqué, ajoutant qu'elle n'avait jamais dit être "fière" de son geste.

"C'est un aspect de ma personnalité, effectivement. C'est sûr que c'est ce que les gens connaissent, parce que c'est moi, et je l'ai fait", a-t-elle dit en riant.

Pour la taquiner, M. Legault a d'ailleurs présenté Mme LeBel à la conférence en claquant des doigts.

Le chef caquiste et ses députés ont d'ailleurs insisté pour dire que Sonia LeBel était particulièrement "sympathique". C'était sans doute une référence à peine voilée à la déclaration de la ministre Julie Boulet, qui avait parlé de Mme LeBel comme d'une personne "pas sympathique du tout".

Course serrée en 2014

Aux élections de 2014, le député libéral Pierre-Michel Auger avait remporté la circonscription dans une course serrée contre la CAQ et le Parti québécois.

M. Auger avait terminé premier, avec 1046 votes de plus que son adversaire caquiste, Andrew D'Amours. Moins de 1140 votes séparaient M. Auger de Noëlla Champagne, la députée péquiste sortante de l'époque qui s'était classée en troisième place.

En 2012, Mme Champagne avait arraché la victoire avec 36 pour cent des voix, contre le caquiste Pierre Jackson qui avait frôlé les 33 pour cent.

Avant 2014, c'était le Parti québécois qui régnait dans cette circonscription depuis 1994, mis à part la parenthèse de la défunte Action démocratique du Québec (ADQ), de 2007 à 2008.