NOUVELLES
26/04/2018 17:34 EDT | Actualisé 26/04/2018 20:32 EDT

Vols chez des aînés: un homme fait face à 18 chefs d'accusation

S'il est reconnu coupable de ces chefs, il risque la prison à vie.

SPVM

Un homme a comparu très brièvement par vidéoconférence jeudi à Montréal relativement à une série de vols commis dans des résidences de gens âgés qui auraient d'abord été drogués en mangeant des chocolats.

La Couronne s'est opposée à sa remise en liberté, et il y aura une nouvelle audience sur caution de trois heures à une date ultérieure. La date de cette audience doit être déterminée vendredi.

Selon le document du mandat d'arrestation, Hamid Chekakri fait face à 18 chefs d'accusation, notamment pour avoir «administré, ou fait administrer à une personne ou tenté d'administrer à une personne» une drogue, matière ou chose stupéfiante ou soporifique.

Il fait aussi face à des chefs d'entrée par effraction, de vol qualifié et de voies de fait graves.

Les crimes se seraient produits entre le 12 décembre et le 23 décembre 2017 à Montréal.

S'il est reconnu coupable de ces chefs, il risque la prison à vie.

La police soutient qu'Hamid Chekakri se présentait chez des personnes âgées pour visiter leur maison mise en vente, et se montrait sur-le-champ intéressé à acheter. Pour conclure l'offre d'achat, le ressortissant algérien aurait offert des chocolats et une bouteille de vin, et insistait pour que la présumée victime prenne un chocolat, comme le veut la coutume dans son pays.

Selon la police, les gens tombaient alors dans un profond sommeil pendant plusieurs heures, pour se rendre compte à leur réveil qu'ils avaient été volés. Les enquêteurs croient que M. Chekakri, âgé de 47 ans, avait mis dans les chocolats un psychotrope qui ralentit le système nerveux central.

Des documents judiciaires indiquent que la police montréalaise avait amorcé en décembre dernier son enquête pour une série de violations de domicile. M. Chekakri a finalement été arrêté par des policiers américains à Atlanta le 31 mars dernier. Selon les autorités américaines, il a été épinglé à l'aéroport en provenance du Costa Rica.

Détenu en Georgie en attendant son extradition au Canada, Hamid Chekakri a finalement été ramené au pays par des policiers montréalais mercredi.

La police avait déjà lié ce même suspect à au moins six autres présumées victimes à Montréal et Ottawa, mais aussi à trois tentatives infructueuses à Montréal et Sherbrooke.

L'avocat de la défense, Michael Morena, a indiqué jeudi en mêlée de presse qu'il analyserait la preuve au cours des prochains jours.

«Nous avons reçu une divulgation assez importante que l'on va prendre le temps d'étudier en vue de préparer une éventuelle enquête de remise en liberté», a-t-il indiqué.

«De ce qu'on comprend, il a été intercepté alors qu'il était aux États-Unis, et il a été amené ici et il n'a pas contesté la demande», a ajouté l'avocat.

Me Morena n'a pas pu dire pour l'instant si l'accusé avait un endroit où rester dans la région de Montréal, ce qui représente «un élément clé» dans les procédures à venir.

L'avocat devra aussi «assurer à la cour que monsieur ne présente pas un risque», a-t-il indiqué.