POLITIQUE
26/04/2018 13:55 EDT | Actualisé 26/04/2018 17:42 EDT

Une seule voie de circulation sur la future rue Sainte-Catherine

L'avenue McGill College piétonnisée pour devenir «l'hypercentre de la métropole».

C'est confirmé, la rue Sainte-Catherine n'aura plus qu'une seule voie de circulation. La Ville de Montréal maintiendra de larges accotements pour permettre le passage de vélos et des camions de livraison.

Environ 5400 voitures circulent quotidiennement sur les deux voies de la principale artère commerciale de la métropole. La Ville estime toutefois que la fluidité sera semblable parce que les différentes entraves quotidiennes sont multiples, notamment les camions mal garés.

Le nouveau concept dévoilé jeudi laisse une large place de chaque côté pour permettre le dépassement des camions de livraison ou des véhicules d'urgence. Une petite augmentation de la circulation est toutefois prévue sur la rue Sherbrooke. Les études d'impacts sont en cours.

Les trottoirs seront aussi élargis de façon substantielle pour donner toute la place aux piétons. Ils passeront d'une largeur variant entre 2,8 et 3,2 mètres à plus de 6 mètres.

Selon la Ville, environ 70% des déplacements sur la «Sainte-Cath» se font à pied. Cette proportion s'élève à plus de 80% pour les clients des différents commerces.

Du coup, 144 espaces de stationnement disparaîtront. La Ville promet de rediriger les automobilistes vers les 11 000 places hors rue qui existent dans le secteur à l'aide d'une nouvelle application. Le responsable de la ville intelligente, François William Croteau, estime qu'il y a environ 3500 places qui sont présentement sous-utilisées.

McGill College, «l'hypercentre» de Montréal

L'administration Plante souhaite ajouter un attrait important au centre-ville en piétonnisant l'avenue McGill College.

«Le but est de se réapproprier le centre-ville, mais également d'avoir des vues sur la montagne qu'on a seulement, mais vraiment seulement, sur l'avenue McGill College. Elles sont complètement inexploitées», affirme la mairesse Valérie Plante, qui souhaite rien de moins que de faire compétition à La Rambla, en Espagne.

La piétonnisation de cette avenue au centre du quartier des affaires fait partie des promesses électorales de Projet Montréal.

Mme Plante estime que la future «Place McGill» sera la pièce maîtresse du renouvellement de la rue Sainte-Catherine, entre autres à cause de l'attraction possible de touristes. Elle souhaite d'ailleurs que le centre-ville devienne la troisième destination des touristes, après le Vieux-Montréal et l'Oratoire Saint-Joseph.

Christian Savard, directeur général de l'organisme Vivre en ville, estime que l'administration Plante frappe un bon coup avec cette annonce.

«Il est rare qu'on n'a aucun bémol à ajouter à une annonce. C'est vraiment très réussi. [...] Je pense que McGill College va augmenter l'attractivité de la rue Sainte-Catherine.

M. Savard estime que le concept d'aménagement favorisé par l'ancien maire Denis Coderre manquait d'ambition en maintenant trop d'espaces de stationnement.

Nouvelle promenade urbaine

L'administration Plante a aussi annoncé la création d'une nouvelle promenade urbaine, qui viendra amputer une partie de la Promenade Fleuve-Montagne, fort critiquée depuis son ouverture l'été dernier.

La nouvelle Promenade Victoria viendra connecter les espaces verts que sont le Square Victoria, la Place du Frère-André et le Square Phillips, avant de se diriger vers la rue Sherbrooke en empruntant l'avenue Union.

La mairesse promet que l'unicité de la promenade sera assurée par de la signalisation et du mobilier urbain. Son parti, Projet Montréal, avait fortement critiqué la Promenade Fleuve-Montagne parce que les différents attraits n'étaient reliés que par de la peinture au sol et de petits triangles accrochés aux lampadaires.

Manque d'ambition, dit l'opposition

Malgré ces ajouts importants, le chef de l'opposition Lionel Perez estime que l'administration Plante «manque d'ambition» avec son nouveau concept de réaménagement.

« Beaucoup plus qu'un projet de réaménagement urbain, Sainte-Catherine Ouest était avant tout un projet de développement économique. [...] Mais où est l'audace dans ce que la mairesse Plante a présenté aujourd'hui? Elle nous avait promis des éléments "signature" susceptibles d'attirer et de fidéliser une nouvelle clientèle sur Sainte-Catherine. Or, ces éléments se trouvaient dans la version originale du projet, mais ils ont été abandonnés par la nouvelle administration», dit-il.

M. Perez fait notamment référence au retrait des trottoirs chauffants, qui devaient assurer une rue Sainte-Catherine libre de neige à l'année longue. L'administration Plante l'a retirée à cause des coûts jugés onéreux.

L'organisme Destination Centre-Ville, qui représente les commerçants du centre-ville, était d'ailleurs opposée à la dalle chauffante dans les trottoirs.

Les travaux d'aménagement sur Sainte-Catherine commenceront cet été entre les rues Mansfield et De Bleury, après les travaux sur les infrastructures souterraines qui ont débuté en janvier. Ils s'étireront jusqu'en 2020. Le Square Philips sera ensuite réaménagé en 2021 et 2022.

Le budget total du projet s'élève à 123 M$, soit 17 M$ de moins que ce qui était prévu sous l'administration Coderre. Cette cagnotte comprend une somme de 4,9 M$ pour maintenir la vitalité de la rue. La Ville prévoit différentes animations, comme des spectacles, pour attirer les clients. L'argent servira aussi à des subventions pour rénover les façades.

L'aide directe pour compenser les pertes de revenus n'a pas encore été annoncée par l'administration. Un comité d'expert se penche actuellement sur cette question.