NOUVELLES
26/04/2018 19:14 EDT | Actualisé 26/04/2018 19:14 EDT

Le suspect de l'attaque à Toronto terminait ses études et cherchait un emploi

«Il n'y avait vraiment rien de spécial à signaler. Il était courtois, respectueux et il a été en mesure de livrer le projet à temps.»

Alek Minassian devait bientôt obtenir son diplôme au collège Seneca de Toronto et avait contacté une firme de recrutement en technologies de l'information pour trouver un emploi.

L'homme accusé pour l'attaque à la camionnette bélier ayant fait dix morts, lundi, avait écrit dans un courriel daté du 21 mars qu'il serait disponible après la fin de la session, à la fin avril ou au début mai. Alek Minassian disait être retourné à l'école pour terminer ses études après avoir pris une pause pour acquérir un peu d'expérience de travail.

Le recruteur, qui a demandé de conserver l'anonymat, a affirmé qu'Alek Minassian semblait être un «gars articulé et intelligent».

Avec le courriel envoyé à la firme, l'homme âgé de 25 ans, domicilié à Richmond Hill, en Ontario, a joint un curriculum vitae mis à jour, dont deux versions différentes ont été obtenues par La Presse canadienne.

Selon son curriculum vitae, Alek Minassian est un concepteur de logiciels ayant occupé plusieurs postes sur divers projets tout en poursuivant ses études, notamment dans la conception d'applications.

Tout en étant inscrit au collège Seneca, il a travaillé à temps partiel de novembre 2015 à mars 2016 avec Naprico, dirigée par l'entrepreneur Vigen Nazarian. M. Nazarian a affirmé qu'Alek Minassian avait travaillé avec lui pendant environ «quatre à six semaines». Il a indiqué que la majorité de ses interactions avec le jeune homme se faisaient sur internet, bien qu'ils se soient vus une fois pour discuter du projet sur lequel ils travaillaient — une application d'achats de vin.

«Il n'y avait vraiment rien de spécial à signaler. Il était courtois, respectueux et il a été en mesure de livrer le projet à temps», a affirmé M. Nazarian, laissant entendre qu'il était plutôt introverti comme d'autres informaticiens.

L'application sur le vin n'est pas finalisée, et a été mise en suspens à cause de dossiers plus prioritaires ces dernières années, a-t-il indiqué.

«Je suis ébranlé par la nouvelle. Je ne peux y croire. (...) Je n'aurais jamais pensé en cent ans qu'il s'agissait du jeune homme (allégué)», a confié M. Nazarian.

De mai à octobre 2016, Alek Minassian a travaillé au département des technologies de l'information de Toogood Financial Systems à Richmond Hill. L'entreprise a indiqué qu'il y avait travaillé pendant six mois en 2016 comme développeur en assurance qualité, sans vouloir entrer dans les détails.

OMERS, gestionnaire ontarien de fonds institutionnels pour les régimes de retraite d'employés municipaux, a affirmé qu'Alek Minassian avait travaillé pour l'organisation à l'été 2015, mais a indiqué qu'elle ne discutait pas publiquement de ses anciens ou présents employés.

Les autorités policières ont déjà dit enquêter sur un message «énigmatique» publié sur la page Facebook d'Alek Minassian quelques minutes avant que des piétons ne soient happés sur la rue Yonge. Facebook confirme avoir supprimé le profil associé à cette publication qui fait référence au mouvement des «célibataires involontaires» ou «incels», assimilé par des experts à une communauté d'internautes majoritairement masculine qui entretient une rhétorique de violence envers les femmes.