POLITIQUE
26/04/2018 11:39 EDT | Actualisé 26/04/2018 15:04 EDT

Les élections scolaires pourraient être repoussées en 2020

Le PLQ, le PQ et la CAQ sont favorables alors que Québec solidaire poursuit sa réflexion sur ce dossier.

Jacques Boissinot/PC

Le gouvernement Couillard propose de repousser en 2020 les élections scolaires prévues pour l'automne prochain.

En point de presse jeudi matin à l'Assemblée nationale, le ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx, a dit avoir lancé l'idée d'un report aux partis représentés à l'Assemblée nationale, qui sont favorables, sauf Québec solidaire, qui poursuit sa réflexion.

"C'est très sérieux, c'est en discussion avec les élus scolaires et les élus à l'Assemblée nationale", a-t-il déclaré.

Un scrutin scolaire coûte environ 13 millions $, a précisé le ministre, alors que le taux de participation est notoirement insignifiant.

M. Proulx fait d'abord valoir comme argument que les élections scolaires de l'automne auraient lieu tout juste après les élections provinciales, ce qui pose problème, notamment un défi logistique au Directeur général des élections (DGEQ).

Également, un report pourrait donner assez de temps au DGEQ pour lui permettre d'introduire un mécanisme de vote électronique, cela afin d'augmenter le taux de participation au scrutin scolaire.

Ce système de vote électronique "pourrait faire école: si ça fonctionne dans le domaine scolaire, cela pourrait faire évoluer également nos pratiques", a affirmé M. Proulx. Il laisse ainsi entendre que le vote électronique pourrait être élargi aux autres scrutins, élections municipales et élections québécoises.

Enfin, pourquoi 2020 plutôt que 2019? Parce que des élections fédérales auront lieu l'an prochain, a-t-il poursuivi.

Il suffirait d'un changement législatif pour reporter la date des élections scolaires, mais comme le veut la tradition en ce qui a trait aux modifications qui touchent le processus démocratique, il faut l'appui de tous les partis, de là les discussions avec chacune des formations, a rappelé le ministre, qui a laissé savoir que le tout pourrait se faire assez vite, avant la fin des travaux en juin.

Coût des élections scolaires

Le ministre était appelé à réagir à des données compilées par Radio-Canada, qui révélait qu'il en avait coûté plus de 800 000 $ en élections complémentaires depuis 2014 pour remplacer une quarantaine de commissaires scolaires, alors que le taux de participation a été en moyenne de moins de 4 pour cent.

"Ce devrait être davantage, a commenté M. Proulx. Maintenant je ne défends pas à tout prix (sic), on a fait un choix comme gouvernement de mettre nos efforts sur la réussite des jeunes."

Il est d'avis que "tant qu'on ne valorisera pas suffisamment l'éducation, ça va faire en sorte qu'il y a moins de gens qui vont s'y intéresser".

📣 NOUVEAUTÉ
Vous ne voulez rien manquer de la campagne électorale à venir?
Cliquez ici pour devenir membre de notre groupe
«Québec 2018: les élections provinciales»!