POLITIQUE
26/04/2018 14:33 EDT | Actualisé 26/04/2018 14:33 EDT

Canada: nouvelles mesures contre l'acier étranger destiné aux États-Unis

Justin Trudeau serre la vis aux producteurs étrangers.

AlexLMX via Getty Images

Le Canada a annoncé jeudi un renforcement de ses mesures en place pour contrer le dumping d'acier et d'aluminium sur son marché ou éviter de devenir une porte d'accès aux Etats-Unis pour les producteurs étrangers frappés par de nouvelles taxes américaines.

Le gouvernement compte notamment harmoniser ses règles de "marquage" avec celles des Etats-Unis, son premier partenaire commercial, ce qui fera "augmenter le nombre de produits d'acier et d'aluminium devant porter la mention de leur pays d'origine", a déclaré le premier ministre canadien Justin Trudeau.

Le Canada va aussi faire entrer en vigueur des règles annoncées fin mars par le chef du gouvernement et permettant de sévir contre les entreprises qui tentent d'éviter les droits de douane.

L'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) disposera en particulier d'une plus grande "latitude pour déterminer si les prix exigés dans le marché intérieur de l'exportateur sont faussés", selon un communiqué du premier ministre.

Les syndicats canadiens du secteur seront aussi dotés du "statut nécessaire pour participer aux procédures de recours commerciaux".

Le gouvernement débloque aussi immédiatement 30 millions de dollars canadiens sur cinq ans pour l'ASFC et 6,8 millions de dollars subséquemment pour l'embauche de 40 nouveaux enquêteurs qui examineront les plaintes liées au commerce.

"Ce financement permettra de renforcer encore davantage les efforts que le Canada déploie en vue de prévenir le transbordement et le détournement d'acier et d'aluminium étrangers injustement écoulés au rabais dans le marché nord-américain", selon le communiqué.

Le président américain a promulgué en mars des taxes de 25% sur les importations d'acier de 10% sur celles d'aluminium en mars, accusant ses partenaires commerciaux de pratiques déloyales.

Il avait cependant accordé des exemptions jusqu'au 1er mai à plusieurs alliés des Etats-Unis, comme le Canada, l'Union européenne, le Mexique, l'Australie, l'Argentine et le Brésil.

Jeudi, le principal conseiller économique de la Maison Blanche, Larry Kudlow, a averti l'UE que l'exemption qui lui a été accordée ne serait prolongée que s'il y a des concessions en retour.

Le Canada s'est récemment fait l'écho des Etats-Unis en accusant la Chine de faire du "dumping" sur le marché mondial de l'aluminium et de l'acier.

Cette annonce survient pendant que les représentants du Canada, du Mexique et des Etats-Unis tentent de conclure à Washington un accord de principe pour le renouvellement de l'Accord de libre-échange nord-américain.